Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 158

vérité biblique et ce qu'elle avait fait pour lui. Il dit qu'il avait bu de l'alcool en quantité suffisante pour faire flotter un navire, mais que maintenant il voulait accepter la vérité tout entière et la réforme en toutes choses. Il avait abandonné alcool et tabac et ce matin-là il avait bu sa dernière tasse de café. Il croyait que les Témoignages venaient de Dieu et il voulait se laisser conduire par la volonté divine telle qu'ils l'exprimaient.

A la fin de la réunion, cent trente-deux personnes avaient fait vœu d'abstinence totale; ce fut une victoire décisive en faveur de la tempérance. — Manuscrit 79, 1907.

A l'œuvre en toute circonstance — Faites une grande place à l'œuvre en faveur de la tempérance et invitez les gens à signer l'engagement d'abstinence. Attirez en toute circonstance l'attention sur cet effort et montrez-en l'importance. — Manuscrit 52, 1900.

Chapitre 3 — Eloigner la tentation

La tache noire demeure — Malgré des milliers d'années d'expérience et de progrès, la même tache noire qui marqua les premières pages de l'histoire souille encore notre civilisation moderne. Où que nous allions, nous nous heurtons à l'alcoolisme et à tous ses maux. Malgré les courageux efforts des champions de l'abstinence, le fléau s'étend toujours. Des lois fixant les licences ont paru, mais sauf dans un territoire relativement restreint la réglementation légale n'a pas enrayé le mal. — Christian Temperance and Bible Hygiene, 29.

La conséquence des lois sur les licences — En donnant une somme minime, les hommes reçoivent le droit de vendre à leur prochain la substance qui leur enlève tout ce qui rend la vie agréable ici-bas et leur refuse tout espoir pour la vie à venir. Le législateur et le débitant d'alcool n'ignorent ni l'un ni l'autre les conséquences de leur travail. Au bar, au café, l'esclave de la boisson dépense ses ressources pour se procurer ce qui détruit la raison, la santé et le bonheur. Le débitant de boissons amasse l'argent qui aurait dû fournir de la nourriture et des vêtements à la famille du pauvre ivrogne.

C'est le vol sous sa forme la plus vile. Cependant, des hommes haut placés dans la société et dans l'Eglise soutiennent les lois sur les licences. Et pour quelle raison? — Parce qu'ils peuvent louer leurs maisons plus cher à des débitants de boissons. Parce qu'il est souhaitable d'assurer politiquement les intérêts que leur procure l'alcool. Parce que, secrètement, ces soi-disant chrétiens s'adonnent à ce

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»