Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 169

Section 11 — Relations entre les divers groupes travaillant en faveur de la tempérance

Chapitre 1 — S'unir dans le travail

Il faut avancer la main dans la main — Dans d'autres Eglises se trouvent des chrétiens qui sont à l'avant-garde pour défendre les principes de la tempérance. Nous devrions entrer en relation avec eux et leur permettre de collaborer avec nous. Nous devrions inviter des hommes de bien, des hommes éminents à seconder nos efforts en faveur de ceux qui périssent. — Témoignages pour l'Église 2:465.

Unissons-nous lorsque nous en avons la possibilité — Chaque fois que vous pouvez vous unir à des partisans de la tempérance, faites-le. — The Review and Herald, 14 février 1888.

Quand l'occasion se présentait, mon mari ne manquait jamais d'inviter les défenseurs de la cause de la tempérance à ses réunions et leur permettait de prendre la parole. Lorsque nous étions invités à leurs assemblées, nous y allions toujours. — Lettre 274, 1907.

Unissons-nous à ceux qui craignent Dieu — Nous ne devons pas nous joindre à des associations pour la tempérance réunissant toutes sortes de personnes sacrifiant à toute espèce de satisfactions égoïstes, et leur donner le titre de réformateurs. Notre peuple doit s'unir autour d'un idéal plus élevé. En tant qu'enfants de Dieu nous devons faire la différence entre les hommes qui sont fidèles à la loi divine et ceux qui ne le sont pas. — Lettre 1, 1882.

Une attitude judicieuse à l'égard des autres associations — Le problème de la tempérance doit être examiné avec respect par tout vrai chrétien et recevoir particulièrement l'appui de ceux qui se prétendent partisans de la réforme. Mais il se trouvera des personnes dans l'Eglise qui n'agiront pas avec sagesse en ce qui concerne ce problème.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»