Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 172

être à la tête de la réforme en faveur de la tempérance. — The Review and Herald, 21 octobre 1884.

L'union avec des chrétiens qui militent en faveur de la tempérance est efficace — Peu après notre départ de Californie et notre retour dans le Michigan au printemps 1877, nous fûmes invités, mon mari et moi, à participer à une assemblée en faveur de la tempérance, une œuvre digne d'éloges ayant été entreprise parmi la majeure partie des habitants de Battle Creek. Ce mouvement comprenait le Club réformateur de Battle Creek, comptant un effectif de six cents membres, et l'Association féminine pour la tempérance chrétienne qui comprenait deux cent soixante membres. Les termes: Dieu, Christ, Saint-Esprit et Bible étaient familiers à ces ardents réformateurs. Ils avaient déjà fait beaucoup de bien; mais leurs efforts, leur système de travail et l'esprit qui régnait dans leurs assemblées promettaient encore beaucoup de résultats pour l'avenir. ...

Sur l'invitation de la commission préparatoire du maire, M. Austin, de M. W.A. Skinner, caissier de la Première Banque Nationale, et de M. C.C. Peavey, j'ai parlé, dans la grande tente, de la tempérance chrétienne, le dimanche 1 er juillet dans la soirée. Dieu m'a assistée, et bien que j'aie tenu la parole pendant une heure et demie, une foule de cinq cents personnes m'a écoutée dans un silence recueilli. — Manuscrit 79, 1902; cité dans Testimonies for the Church 4:274, 275.

Il faut prêcher la tempérance dans d'autres Eglises — Que la réforme de la tempérance soit prêchée dans les autres Eglises comme elle l'est chez les adventistes du 7e jour. ...

Les adventistes du 7e jour ne doivent ni par la plume, ni par la parole attaquer un autre mouvement qui milite en faveur de la tempérance. — Lettre 107, 1900.

Les différences doctrinales ne doivent pas nous opposer — Bien que les partisans de la tempérance aient des opinions différentes sur de nombreux points de doctrine,*Il est ici question du Foyer Martha Washington de Chicago où madame White avait été invitée à parler de la tempérance. — Les compilateurs. nous pouvons nous unir à eux s'il nous est ainsi possible de venir en aide à notre prochain. Dieu désire que chacun de nous apprenne à travailler avec tact et habileté pour la cause de la tempérance et en faveur d'autres réformes, que nous employions nos talents avec sagesse et que nous fassions du bien à l'humanité.

Si nous voulons entrer dans la joie de notre Maître, nous devons collaborer avec lui. L'amour de Jésus nous fera toujours trouver la voie qui mène au cœur et à l'esprit de notre prochain. Nous

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»