Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 21

alcoolisées recevaient l'autorisation de reprendre leurs affaires, après avoir payé un droit sensiblement plus élevé que celui qu'ils payaient auparavant au trésor de la ville.

Dans le plan de Dieu, le malheur qui frappa San Francisco devait servir à purger la ville des débits de boissons, cause de tant de maux, de misère et de crimes; cependant, ceux qui tenaient entre leurs mains le destin de la cité manquèrent à leur tâche en légalisant la vente de l'alcool. ... Ils savaient qu'en agissant ainsi ils autorisaient virtuellement le crime, mais la perspective d'un tel résultat ne les arrêta pas. ... Les habitants de San Francisco devront répondre devant le tribunal de Dieu de la réouverture des débits de boissons de cette ville. — The Review and Herald, 25 octobre 1906.

La signification de la situation actuelle — Bien qu'ils aient des preuves flagrantes de l'augmentation du désordre et de la violence, les hommes prennent rarement le temps de réfléchir sérieusement à la signification de ces faits. Presque tous, sans exception, se vantent des lumières et des progrès de leur époque.

Ceux que Dieu a éclairés ont la lourde responsabilité d'amener leur prochain à réfléchir sur la signification de cette recrudescence de l'alcoolisme et du crime. Ils devraient aussi faire connaître à leurs semblables les Ecritures qui donnent une description claire de la condition du monde avant la seconde venue du Christ. Ils devraient faire flotter bien haut la bannière de Dieu et protester tous ensemble contre les décrets autorisant la vente d'alcool. — Drunkenness and Crime, 3.

Chapitre 2 — Un problème économique

Le trafic de l'alcool engendre malhonnêteté et violence — A chaque échelon du commerce de l'alcool, on trouve la malhonnêteté et la violence. Les débits de boissons doivent leur existence à l'injustice et leur prospérité à la violence et à l'oppression. — The Review and Herald, 1 mai 1894.

Des millions dépensés pour acheter la misère et la mort — “Malheur à celui qui bâtit sa maison par l'injustice et ses chambres par l'iniquité. ...

”Qui dit: Je me bâtirai une maison vaste, et des chambres spacieuses; et qui s'y fait percer des fenêtres, la lambrisse de cèdre et la peint en couleur rouge!

”Est-ce que tu règnes, parce que tu as de la passion pour le cèdre?

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»