Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 24

hommes dépensent en alcool l'argent qui leur serait nécessaire pour subvenir aux besoins de leur famille. Les débitants de boissons font alors des affaires.

Quand l'homme boit, il perd la raison. C'est l'heure de la puissance des ténèbres où le crime devient possible, où l'être humain se trouve sous la puissance d'une force diabolique, et où l'âme et le corps sont esclaves des passions. Qui peut s'opposer à cette passion? Qui peut la retenir? Ces personnes n'ont pas de force de caractère. Les jours fériés les entraînent vers la tentation; nombreux sont ceux qui pensent pouvoir se permettre, ces jours-là, de faire tout ce qu'ils veulent. — Manuscrit 17, 1898.

Des milliers de francs pour le trésor du diable — Que ceux qui boivent du vin, de la bière ou des spiritueux calculent combien d'argent ils dépensent en boisson. Combien de millions de francs sont allés remplir les trésors du diable pour perpétuer la méchanceté et entretenir la dissolution, la corruption et le crime. — Manuscrit 20, 1894.

Chapitre 3 — L'alcool et le foyer

Une consommation d'alcool modérée — C'est en faisant un usage modéré d'alcool que les hommes apprennent à s'engager dans la voie de l'alcoolisme. — The Review and Herald, 25 mars 1884.

Les bénédictions de Dieu transformées en malédiction — Le Créateur a répandu avec abondance ses bienfaits sur l'humanité. Si tous ces dons de la Providence étaient modérément et sagement employés, la pauvreté, la maladie et la misère disparaîtraient bientôt de la terre. Mais, hélas! de tous côtés nous voyons les bénédictions divines se transformer en malédictions à cause de la méchanceté des hommes.

Il n'y a pas d'hommes qui se rendent plus coupables de dénaturer les précieux dons de Dieu et d'en faire un mauvais emploi que ceux qui utilisent les produits de la terre pour en fabriquer de l'alcool. Les riches céréales, les fruits sains et savoureux sont transformés en breuvages qui pervertissent les sens et détruisent la raison. Parce que les hommes font usage de ces poisons, des milliers de familles sont privées de l'aisance et même de ce qui est nécessaire pour vivre, les actes de violence et les crimes se multiplient, la maladie et la mort mettent rapidement un terme à la vie d'un grand nombre de buveurs. — Ministère évangélique, 376, 377.

Le bonheur du foyer brisé par l'alcool — Observez le foyer de l'ivrogne. Notez sa pauvreté sordide, sa misère et sa détresse inexprimables. Voyez la femme autrefois heureuse qui fuit son mari devenu

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»