Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 52

Montrer le chemin du renoncement, du sacrifice et de la tempérance — L'homme qui appartient au Christ et dont le corps est le temple du Saint-Esprit ne deviendra pas esclave de l'habitude nocive qu'est l'usage du tabac. Ses facultés appartiennent au Christ qui l'a racheté par son sang. Ses biens sont au Seigneur. Comment alors ne se rendrait-il pas coupable en dépensant chaque jour l'argent que Dieu lui a confié pour satisfaire un appétit qui ne correspond à aucun besoin naturel?

D'énormes sommes sont dépensées chaque année pour satisfaire ce penchant, alors que des âmes périssent, faute de la parole de vie. De prétendus chrétiens dérobent Dieu dans leurs dîmes et leurs offrandes, tandis qu'ils offrent sur l'autel de leur passion destructrice pour le tabac plus qu'ils ne donnent pour soulager le pauvre et soutenir la cause de Dieu. Ceux qui ont été réellement sanctifiés vaincront tout désir néfaste. Alors tout l'argent qui était dépensé inutilement sera versé dans le trésor de Dieu, et les chrétiens montreront le chemin du renoncement, du sacrifice et de la tempérance; ils seront la lumière du monde. — The Sanctified Life, 24, 25.

Chapitre 5 — Le pouvoir de l'exemple

Les personnes plus âgées doivent montrer l'exemple — Qu'ils sont nombreux les garçons de huit ans à peine qu'on voit la cigarette à la bouche! Si vous leur faites une remarque, ils répondent: “Mon père fume; si le tabac est bon pour lui, il sera bon aussi pour moi.” Ils montrent le pasteur ou le directeur de l'école du dimanche et disent: “Si des gens aussi bien qu'eux fument, je peux sûrement en faire autant!” Et qu'attendre d'autre de ces enfants qui ont hérité du penchant au tabac, et qui voient l'exemple de leurs aînés? — Christian Temperance and Bible Hygiene, 18.

La vogue du tabac — Si puissante est la force de l'habitude qu'une fois établie, celle du tabac devient populaire. La jeunesse, à laquelle il faut faire comprendre que le tabac n'est pas inoffensif, a sous les yeux un exemple du péché. On ne l'avertit pas du mal qu'il fait aux facultés physiques, mentales et morales. ...

Si un disciple du Christ, entraîné par l'exemple, se conforme aux dissipations populaires de ce monde, il tombe sous la domination du diable. Son péché est plus grand encore que celui des incroyants endurcis — les impies — parce qu'il se trouve dans une situation fausse. Ses actes sont inconséquents. Chrétien par sa profession de foi, il cède dans la vie pratique à des désirs anormaux et coupables qui

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»