Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

La Vie de Jésus-Christ, Page 115

Chapitre 11 — Jésus purifiant le temple

A l'époque de la Pâque, lorsque Jérusalem était remplie de gens venus de très loin pour célébrer cette grande fête annuelle, Jésus et ses disciples se mêlèrent à la foule assemblée. C'était le matin de bonne heure; cependant, de grandes foules se rendaient déjà au temple. En entrant, Jésus fut indigné de trouver le parvis du temple préparé pour un marché aux bestiaux, et pour un lieu de trafic général. Il y avait non seulement des étables pour le bétail, mais encore des tables devant lesquelles les sacrificateurs eux-mêmes remplissaient l'office de changeurs. Au temps de Christ, on exigeait que tout Juif, riche ou pauvre, payât chaque année un demi-sicle comme offrande de propitiation pour son âme, et pour l'entretien du temple. A part cela, de grandes sommes étaient apportées comme dons, et déposées dans le trésor. Pour le service du temple, on n'acceptait qu'une pièce de monnaie, le sicle du sanctuaire, ce qui nécessitait le change de tout argent étranger.

D'un simple échange de monnaies établi pour obliger les étrangers, cette réception des offrandes était devenue un trafic honteux, et une source de grand profit pour les sacrificateurs. Bien des personnes venaient de très loin et ne pouvaient pas apporter leurs offrandes pour le sacrifice. Sous prétexte de les favoriser, on avait mis en vente dans le parvis extérieur, du bétail et de la volaille à des prix exhorbitants. La confusion résultant naturellement d'un tel état de choses, indiquait l'existence d'un marché aux bestiaux rempli de tumulte, plutôt que celle d'un saint temple de Dieu. On pouvait y entendre les paroles sèches et animées de ceux qui achetaient et vendaient, le

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»