Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

La Vie de Jésus-Christ, Page 204

Chapitre 21 — Sermon sur la montagne

Le Rédempteur du monde cherchait à rendre ses leçons si simples que tous ceux qui l'entendaient pussent les comprendre. Il ne choisissait pas pour les enseigner les lieux entourés de murailles ou les temples. Il est vrai qu'il le fit souvent pour atteindre une classe de gens qu'il ne rencontrait pas en parlant en plein air, mais Jésus préférait les champs, les bosquets et les rives des lacs pour ses temples. C'étaient aussi ses refuges favoris pour la méditation et la prière.

Il avait des raisons spéciales pour choisir ces sanctuaires naturels pour y instruire le peuple. La campagne s'étalait devant lui, riche en scènes et en objets également familiers aux altiers et aux humbles. Il en tirait des exemples qui simplifiaient ses enseignements et s'imprimaient dans l'esprit de ses auditeurs. Les oiseaux chantant sur les branches feuillées, les fleurs éclatantes des vallées, le lis immaculé, étalant ses fleurs sur la surface du lac, les grands arbres, les campagnes fertiles, les blés ondoyants, les landes stériles, les arbres sans fruits, les hautes montagnes, les ruisseaux murmurants, le soleil couchant qui empourprait et dorait le ciel, tout servait de moyens d'instruction, ou d'emblèmes par lesquels il enseignait les beautés de la vérité divine. Il rattachait les œuvres visibles du Créateur aux paroles de vie qu'il annonçait, et élevait ainsi l'esprit par la contemplation de la nature au Dieu de la nature.

La méchanceté des Juifs était si grande par suite de la guérison, en un jour de Sabbat, de l'homme qui avait une main sèche, qu'il s'en alla avec ses disciples chercher un champ d'activité plus favorable. Ils vinrent sur les bords du lac de

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»