Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

La Vie de Jésus-Christ, Page 248

Chapitre 24 — Christ calme la tempête

Jésus avait enseigné et guéri sans interruption toute la journée, et il désirait ardemment se retirer à l'écart et trouver un lieu où il pût se reposer avec ses disciples; c'est pourquoi il leur proposa de passer avec lui de l'autre côté du lac. Mais avant de s'embarquer, il fut accosté par un scribe qui lui avait entendu dire que la vérité était d'une plus grande valeur qu'un trésor caché. Dans l'obscurité de son esprit, le scribe comprenait que Christ avait l'intention d'enrichir ses disciples de trésors terrestres. Il s'adresse donc à lui avec avidité, comme l'avait fait Judas, disant: “Maître! je te suivrai partout où tu iras.” Le Sauveur lut les pensées indignes qui animaient son cœur, et il lui répondit comme il avait répondu à Judas: “Les renards ont des tanières, et les oiseaux de l'air ont des nids; mais le Fils de l'homme n'a pas où reposer sa tête.”1Matthieu 8:19, 20. Ce docteur juif n'avait en vue, lorsqu'il offrit à Jésus de le suivre, que ses propres intérêts égoïstes. Il espérait que le Sauveur établirait bientôt son royaume sur la terre, et que les richesses et la position que les disciples obtiendraient étaient les biens dont Jésus avait parlé. Mais il n'y a qu'un esprit aveuglé par l'avarice et la convoitise du monde qui puisse avoir aussi mal interprété les paroles du Sauveur.

Si ce n'était à cause de la pauvreté de Christ et le fait que les pauvres et les humbles se rangent sous sa bannière, beaucoup d'hommes viendraient à lui et glorifieraient son nom. S'il avait accordé des honneurs et des richesses à ceux qui devinrent ses disciples, avec quelle joie les orgueilleux

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»