Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

La Vie de Jésus-Christ, Page 265

Chapitre 27 — Multiplication des pains

Pour jouir lui-même d'un moment de repos ainsi que pour l'avantage de ses disciples, Jésus se proposa d'aller dans un lieu désert, afin d'y trouver un moment de tranquillité.1Marc 6:31-46; Jean 6:1-15. Comme il y avait des lieux convenables à la retraite au delà du lac, en face de Capernaüm, ils prirent une barque pour s'y rendre. Mais quelques personnes qui cherchaient Jésus, le virent quitter la côte, et la foule se réunit pour voir partir la barque qui s'éloignait lentement. La nouvelle que Jésus traversait le lac se répandit de ville en ville, et beaucoup de gens qui désiraient le voir et l'entendre, se rendirent en hâte au lieu ou l'on pensait que Jésus débarquerait, pendant que d'autres le suivaient à travers le lac, dans des nacelles, de sorte que lorsque Jésus et ses disciples arrivèrent à bord, ils se trouvèrent enveloppés d'une multitude de gens accourant de tous côtés pour les rejoindre.

Des centaines de malades et d'estropiés avaient été apportés à Jésus pour qu'il les guérît, et on les avait déposés sur le gazon afin d'attirer son attention. La foule avait attendu sa venue avec une grande anxiété, et leur nombre augmentait continuellement. Le Sauveur ne put trouver là le repos qu'il cherchait, car la multitude qui l'attendait réclamait son attention; leurs peines et leurs besoins excitaient sa sympathie et son aide immédiates. Il ne pouvait s'en aller avec ses disciples pour trouver la retraite désirée, et désappointer le peuple dans son attente. Toutes les maladies étaient représentées par les malades qui réclamaient son attention. Les uns, dévorés par la

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»