Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

La Vie de Jésus-Christ, Page 273

Chapitre 28 — Jésus marchant sur les eaux

Pendant ce temps, les disciples étaient dans la détresse. Une tempête s'était élevée,1Matthieu 14:24-33. et la mer était furieusement agitée. Toute la nuit ils n'avaient cessé de ramer, étant entraînés tantôt ci, tantôt là, par l'irrésistible puissance des vagues. La distance entre les deux rives n'était que de six milles, et en temps ordinaire, du lieu qu'ils avaient quitté, on pouvait atteindre le bord opposé en peu de temps; mais leur frêle embarcation, devenue le jouet de la tempête, était emportée toujours plus loin du port qu'ils cherchaient.

Ils avaient quitté Jésus avec un certain mécontentement, et ils s'étaient embarqués en murmurant de ce que le vœu qu'ils avaient formé de voir leur Seigneur proclamé roi d'Israël, ne s'était pas réalisé. Ils se reprochaient de s'être laissés si facilement détourner de leur dessein en cédant si promptement aux ordres de Jésus. Ils pensaient en eux-mêmes que s'ils étaient restés et avaient persisté dans leur intention, ils auraient fini par l'emporter.

Lorsque la tempête s'éleva, ils regrettèrent encore plus d'avoir quitté Jésus. Fussent-ils restés, le péril aurait été évité. C'était une grande épreuve pour leur foi. Dans les ténèbres de cette nuit orageuse, ils cherchaient à gagner le lieu où il leur avait promis de les rejoindre, mais le vent contraire les détournait de leur voie et rendait tous leurs efforts inutiles. C'étaient des hommes robustes et accoutumés à la mer; mais alors leurs cœurs étaient pleins d'effroi; ils

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»