Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

La Vie de Jésus-Christ, Page 419

Chapitre 41 — Dans le parvis extérieur

“Or, quelques Grecs de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, vinrent vers Philippe, qui était de Bethsaïda en Galilée, et ils lui dirent, en le priant: Seigneur, nous voudrions bien voir Jésus. Philippe vint, et le dit à André, et André et Philippe le dirent à Jésus.”1Jean 12:20-33.

Les gentils étaient exclus du parvis où Jésus était assis en face du tronc. Ils avaient beaucoup entendu parler pour et contre Jésus, et souhaitaient de le voir et de l'entendre eux-mêmes. Ils ne pouvaient approcher de lui, mais devaient l'attendre dans la cour des gentils. Les disciples lui firent part du désir des Grecs, et attendirent sa réponse; Jésus parut réfléchir profondément, puis il répondit: “L'heure est venue que le Fils de l'homme doit être glorifié. En vérité, en vérité je vous le dis: Si le grain de froment ne meurt après qu'on l'a jeté dans la terre, il demeure seul; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruits.” Le désir que les Grecs manifestaient de voir Jésus, lui fit penser à l'avenir. Les Juifs avaient rejeté celui qui seul pouvait les sauver; ils allaient bientôt tremper leurs mains dans son sang, et le mettre au rang des malfaiteurs. Le Sauveur, rejeté par la maison d'Israël, devait être reçu par les gentils. Il considérait avec joie le moment où la muraille de séparation entre Juifs et gentils serait renversée, et où le champ de la moisson allait être le monde.

Jésus regardait ces Grecs comme les représentants des gentils en général. Il voyait en eux les prémices de cette

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»