Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

La Vie de Jésus-Christ, Page 485

bien-aimé. Le cœur de Marie était frappé d'une douleur inexprimable; pourtant, elle espérait encore, avec les disciples, voir changer cette scène terrible, et voir Jésus manifester sa puissance et apparaître devant ses ennemis comme Fils de Dieu. Puis de nouveau, son cœur de mère défaillait au souvenir des paroles dans lesquelles il avait brièvement dépeint les choses qui devaient s'accomplir en ce jour.

Jésus avait à peine dépassé la porte de la maison de Pilate, qu'on apporta la croix qui avait été préparée pour Barabbas, et on la chargea sur ses épaules meurtries et sanglantes. On fit également porter des croix aux compagnons de Barabbas qui devaient être mis à mort en même temps que Jésus. Le Sauveur avait à peine porté sa croix un petit bout de chemin, que la perte du sang, la fatigue et ses souffrances excessives le firent tomber défaillant sur le sol. Spectatrice des souffrances qu'endurait son fils, le voyant succomber sous cette lourde croix, le cœur de Marie défaillait de douleur. Combien n'eût-elle pas désiré soutenir de sa main sa tête blessée, et essuyer ce front qu'elle avait autrefois pressé sur son sein! Mais, hélas! ce douloureux privilége lui était refusé.

Lorsque Christ se fut un peu remis, on replaça la croix sur ses épaules, et on le força d'avancer. Portant son lourd fardeau, il fit quelques pas en chancelant, puis tomba évanoui sur le sol. Le bruit se répandit d'abord qu'il était mort, mais il reprit enfin ses sens. Les sacrificateurs et les gouverneurs n'éprouvaient aucune pitié pour leur victime souffrante; mais ils virent qu'il lui était impossible de porter plus loin l'instrument de torture. Ils étaient embarrassés de trouver quelqu'un qui voulût s'abaisser à porter la croix jusqu'au lieu de l'exécution. Les Juifs ne pouvaient point le faire, parce qu'ils se fussent souillés et n'eussent point pu prendre part à la fête de Pâque qui était proche.

Pendant qu'ils considéraient ce qu'il y avait à faire, un homme nommé Simon, Cyrénéen, arriva d'une direction opposée, et rencontra la foule; à l'instigation des sacrificateurs, cet homme fut saisi et obligé de porter la croix de Christ. Les fils

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»