Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 115

Mediter la Parole de Dieu, 16 avril

Combien j'aime ta loi! Elle est tout le jour ma méditation. Psaumes 119:97.

Les hommes n'ont aucun besoin de la faible clarté de la tradition et des coutumes pour comprendre les Ecritures. Il serait tout aussi sensé d'imaginer que le soleil, brillant à midi dans le ciel, nécessiterait les lueurs tremblotantes des torches terrestres pour accroître sa gloire. Dans la Bible, tout devoir est présenté clairement, toute leçon y est compréhensible. Le don du Christ et l'illumination du Saint-Esprit nous révèle le Père. La parole est capable de rendre sage à salut hommes, femmes et jeunes.

“Toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit adapté et préparé à toute œuvre bonne.” 2 Timothée 3:16, 17. Aucun autre livre ne possède le même pouvoir d'élever les pensées, de rendre sa vigueur aux facultés, davantage que les vérités larges et ennoblissantes de la Bible. Si la parole de Dieu était étudiée comme elle le devrait, les hommes connaîtraient une largeur de vue, une noblesse de caractère et une stabilité de résolution qui est rarement vue à notre époque.

Une lecture hâtive des Ecritures n'est pas bénéfique. Une personne peut lire la Bible de bout en bout, ne pas voir sa beauté ni comprendre la profondeur de son sens. Etudier un passage jusqu'à ce que sa signification soit claire à la pensée, et sa relation au plan du salut évidente; a plus de valeur que le survol de plusieurs chapitres sans but défini en vue, et sans en retirer d'instruction positive. Gardez votre Bible avec vous. Dès que vous en avez l'occasion, lisez-la; fixez-en des textes dans votre mémoire. Même quand vous marchez dans la rue, vous pouvez en lire un passage et le méditer, le fixant ainsi dans la pensée.

La Bible ne devrait jamais être étudiée sans prière. Avant d'ouvrir ses pages, nous devrions demander la lumière du Saint-Esprit, et elle sera accordée. Quand Nathanaël vint à Jésus, le Sauveur s'exclama: “Voici vraiment un Israélite dans lequel il n'y a pas de fraude.” Jean 1:47. Nathanaël demanda: “D'où me connaît-tu? Jésus lui répondit: Avant que Philippe t'ait appelé, quand tu étais sous le figuier, je t'avais vu.” Jean 1:48. Et Jésus nous verra aussi dans le lieu secret de la prière, si nous le cherchons pour trouver la lumière, afin de connaître ce qu'est la vérité. Les anges du monde de lumière accompagneront ceux qui, dans l'humilité de leur cœur, cherchent la direction divine. — Atlantic Union Gleaner, 9 juin 1909.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»