Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 13

Le représentant du Christ, 5 janvier

Cependant, je vous dis la vérité: il est avantageux pour vous que je parte, car si je ne pars pas, le Consolateur ne viendra pas vers vous; mais si je m'en vais, je vous l'enverrai. Jean 16:7.

Le Consolateur est appelé “L'Esprit de vérité”. Sa mission consiste à définir et à maintenir la vérité. Il habite premièrement dans le cœur en tant qu'Esprit de vérité, puis il vient comme Consolateur. On trouve réconfort et paix dans la vérité. Ni l'un ni l'autre ne se rencontrent dans l'erreur. Satan exerce son pouvoir sur les esprits par des traditions et des théories mensongères. En fixant aux hommes de faux repères, il déforme leur caractère. A travers les Ecritures, le Saint-Esprit parle à l'intelligence, et imprime la vérité dans le cœur. Il dénonce ainsi l'erreur, et la chasse de l'âme. C'est par l'Esprit de vérité, œuvrant par le moyen de la parole de Dieu, que le Christ s'attache son peuple à lui-même.

En décrivant devant ses disciples l'œuvre du Saint-Esprit, Jésus cherchait à les remplir de la joie et de l'espérance qui inspiraient son propre cœur. Il se réjouissait de l'aide abondante qu'il mettait à la disposition de son Eglise. Le Saint-Esprit était le plus grand de tous les dons qu'il puisse solliciter de son Père pour le soutien de son peuple. L'Esprit devait être accordé comme un agent régénérateur. Sans lui, le sacrifice du Christ n'aurait été d'aucun bénéfice. Le pouvoir du mal s'était renforcé avec les siècles, et la soumission des hommes à cet asservissement satanique était impressionnante. Le péché ne pouvait être combattu et tenu en échec que par la puissante action de la troisième personne de la divinité, qui interviendrait sans limitation aucune à la plénitude de sa puissance divine. C'est l'Esprit qui rend effectif ce qui a été acquis par le Rédempteur du monde. C'est par l'Esprit que le cœur est rendu pur. A travers lui, le croyant participe à la nature divine. Le Christ a donné son Esprit comme une puissance divine permettant de surmonter toutes tendances héréditaires ou acquises au mal, et pour marquer l'Eglise de son propre caractère. — The Review and Herald, 19 novembre 1908.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»