Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 23

Des langues de feu, 15 janvier

Des langues qui semblaient de feu et qui se séparaient les unes des autres leur apparurent; elles se posèrent sur chacun d'eux. Ils furent tous remplis d'Esprit-Saint et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer. Actes 2:3, 4.

Si vous sondez les Ecritures avec un esprit doux, prêt à être instruit, vos efforts seront richement bénis. “Mais l'homme naturel ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge.” 1 Corinthiens 2:14. La Bible devrait être étudiée avec prière. Nous devrions prier comme le fit David: “Ouvre mes yeux, pour que je contemple les merveilles de ta loi!” Psaumes 119:18. Aucun homme ne peut comprendre la parole de Dieu sans l'illumination du Saint-Esprit. Si seulement nous nous tenions à notre juste place devant Dieu, sa lumière brillerait sur nous en de riches et clairs rayons.

Ce fut l'expérience des premiers disciples. Les Ecritures déclarent que “lorsque le jour de la Pentecôte arriva, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d'un souffle violent qui remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues qui semblaient de feu et qui se séparaient les unes des autres leur apparurent; elles se posèrent sur chacun d'eux. Ils furent tous remplis d'Esprit-Saint et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer.” Actes 2:1-4. Dieu désire nous accorder une bénédiction similaire, quand nous la rechercherons avec autant de ferveur.

Le Seigneur n'a pas fermé le réservoir du ciel après avoir déversé son Esprit sur les premiers disciples. Nous aussi pouvons recevoir de la plénitude de sa bénédiction. Le ciel est plein des trésors de sa grâce, et ceux qui s'approchent de Dieu avec foi peuvent prétendre à tout ce qu'il a promis. Si nous n'avons pas reçu de sa puissance, c'est à cause de notre léthargie spirituelle, de notre indifférence et de notre indolence. Sortons de notre formalisme et de notre torpeur.

Un grand travail reste à accomplir à notre époque, et nous ne réalisons qu'à moitié ce que le Seigneur est prêt à accomplir pour son peuple. Nous parlons du message du premier ange, de celui du second, et nous pensons avoir quelque intelligence du troisième, mais nous ne devrions pas nous satisfaire de notre connaissance actuelle. Nos demandes, mêlées de foi et de contrition, devraient monter vers Dieu pour mieux comprendre les mystères que Dieu souhaite révéler à ses saints. — The Review and Herald, 4 juin 1889.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»