Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 253

Septembre

Hénoc, 1 septembre

C'est par la foi qu'Hénoc fut enlevé, de sorte qu'il ne vit pas la mort; et on ne le trouva plus, parce que Dieu l'avait enlevé. Car avant son enlèvement, il a reçu le témoignage qu'il plaisait à Dieu. Hébreux 11:5.

A l'époque où il vivait, Hénoc enseignait la vérité. Non seulement il l'enseignait, mais il la mettait en pratique. Et le caractère de ce maître qui marchait avec Dieu était en tout point en harmonie avec la grandeur et la sainteté de sa mission. Hénoc était un prophète qui parlait sous l'inspiration du Saint-Esprit. Il fut une lumière dans les ténèbres morales, un homme d'exemple qui savait marcher avec Dieu et obéir à sa-loi; une loi à laquelle Satan avait refusé d'obéir, qu'Adam avait transgressée et à cause de laquelle, pour lui avoir obéi, Abel fut massacré.

Mais Dieu voulait démontrer à tout l'univers que l'accusation de Satan, selon laquelle les hommes ne pouvaient pas observer sa loi, était fausse. Il voulait montrer que les hommes, même pécheurs, pouvaient se relier à lui pour en recevoir l'Esprit et l'intelligence, et devenir ainsi les représentants du Christ. Dieu choisit Hénoc, un homme saint, pour dénoncer la méchanceté du monde et pour montrer de façon éclatante qu'il était possible aux hommes d'observer toute la loi de Dieu. [...]

Non seulement Hénoc médita et pria, non seulement il revêtit l'armure de la vigilance, mais il plaida auprès de Dieu la cause de ses frères les hommes. Il ne chercha pas à nier la vérité pour leur attirer la faveur de Dieu, négligeant ainsi leur âme. Sa communion avec Dieu lui donna le courage d'accomplir les œuvres de Dieu. Hénoc marcha avec Dieu et reçut “le témoignage qu'il plaisait à Dieu”. Hébreux 11:5. Tel est aujourd'hui le privilège de chaque croyant. L'homme fait sa demeure en Dieu et Dieu réside en l'homme.

“Moi en eux, et toi en moi” (Jean 17:23), dit Jésus. Marcher avec Dieu et recevoir le témoignage que l'on plaît à Dieu ne doit pas être une expérience limitée à Hénoc, à Elie, aux patriarches, aux prophètes, aux apôtres et aux martyrs. Ouvrir son cœur à Jésus pour qu'il participe à tous les aspects de la vie, tel est le privilège et le devoir de chaque fidèle. Et c'est ainsi qu'il sera semblable à un arbre aux fruits abondants. — Manuscript 43, 1900 (2 août 1900).

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»