Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 339

Temoigner hardiment, 26 novembre

Nous vous avions formellement défendu d'enseigner en ce nom-là. Et voici que vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et que vous voudriez faire retomber sur nous le sang de cet homme! Pierre répondit ainsi que les apôtres: Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. Actes 5:28, 29.

J'entendis ceux qui avaient revêtu l'armure de Dieu annoncer la vérité avec une grande puissance et une grande efficacité. Je vis des gens enchaînés: des femmes par leur mari et des enfants par leurs parents. Les personnes honnêtes que l'on avait empêchées d'entendre la vérité, se saisissaient avec enthousiasme des vérités prêchées. Elles n'avaient plus peur de leur entourage. Pour elles, seule la vérité comptait. Elle leur était plus précieuse que la vie. Ces personnes en avaient eu si soif et si faim! Je demandai ce qui les avait ainsi changées. Un ange répondit: “La pluie de l'arrière-saison, le rafraîchissement lié à la présence du Seigneur, le grand cri du troisième ange.”

Une grande puissance accompagnait ces élus. L'ange me dit: “Regarde!” Mon attention se porta sur les méchants ou incroyants. Ils étaient en émoi. Le zèle et la puissance dont le peuple de Dieu faisait preuve les avaient secoués et ils enrageaient. La confusion régnait. Je les vis prendre des mesures contre le groupe qui possédait la puissance et la lumière de Dieu. L'obscurité se fit plus épaisse autour des fidèles, et pourtant ils se tenaient debout, approuvés de Dieu et confiants. Je les vis troublés.

Ensuite, je les entendis crier vers Dieu avec ferveur. Jamais ils ne cessèrent de crier, ni de jour, ni de nuit. J'entendis ces paroles: “Que ta volonté soit faite, oh! mon Dieu! Permets à ton peuple de s'échapper si ton nom en est glorifié! Délivre-nous des païens autour de nous! Ils veulent notre mort, mais ton bras peut nous sauver.” Ce sont là toutes les paroles dont je me souviens. Ces croyants semblaient profondément conscients de leur misère et montraient une entière soumission à la volonté divine. Et pourtant, tous sans exception adressaient à Dieu d'émouvantes prières et luttaient, comme Jacob, pour être délivrés. — The Review and Herald, 31 décembre 1857.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»