Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 57

Un caractère semblable à celui du Christ, 18 février

Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. Colossiens 3:3.

Jésus est le parfait modèle. Au lieu d'essayer de satisfaire le moi et de choisir notre propre chemin, cherchons à refléter son image. Il était gentil et courtois, plein de compassion et de tendresse. Lui ressemblons-nous sur ces points? Cherchons-nous à ce que nos vies soient parfumées de bonnes œuvres? Ce dont nous avons besoin, c'est de la simplicité du Christ. Je crains que, dans bien des cas, un esprit dur et impitoyable, totalement différent du modèle divin, ait pris possession du cœur. Ces principes d'acier, qui ont été chéris par plusieurs, et considérés comme une vertu, doivent disparaître, pour que nous nous aimions les uns les autres comme le Christ nous a aimés.

Il ne suffit pas de professer la foi; quelque chose de plus qu'un assentiment formel est demandé. Il faut une connaissance réelle, une expérience authentique des principes de la vérité telle qu'elle se trouve en Jésus. Le Saint-Esprit doit travailler à l'intérieur, soulignant ces principes dans la claire lumière de notre conscient, afin que nous connaissions leur puissance et qu'ils deviennent une réalité vivante. La pensée doit vouer allégeance à la loi royale de liberté, la loi que l'Esprit de Dieu grave dans le cœur, et rend claire à la compréhension. L'expulsion du péché est une action propre à l'âme elle-même et fait appel à ses pouvoirs les plus nobles. La seule liberté dont peut jouir la volonté d'un être fini, consiste à se mettre en harmonie avec la volonté de Dieu, se pliant aux conditions requises pour prendre part à la nature divine, ayant échappé à la corruption qui règne dans le monde par la convoitise. [...]

Le caractère humain est dépravé, déformé par le péché, et terriblement différent de celui du premier homme tel qu'il sortit des mains du Créateur. Jésus propose d'enlever la difformité et le péché de l'homme, et de lui donner, en retour, la beauté et l'excellence du caractère. Il s'engage à rénover l'âme par la vérité. L'erreur ne peut accomplir ce travail de régénération. Par conséquent, nous devons avoir le discernement spirituel pour distinguer entre la vérité et l'erreur, afin de ne pas tomber dans le piège de l'ennemi. — The Review and Herald, 24 novembre 1885.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»