Larger font
Smaller font
Copy
Print
Contents

L'histoire de la Rédemption

 - Contents
  • Results
  • Related
  • Featured
No results found for: "".
    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents

    Le dernier témoignage de Paul

    Paul fut conduit secrètement sur le lieu de son exécution. Compte tenu de la grande influence de l'apôtre, ses persécuteurs craignaient qu'en assistant à son martyre, des adeptes ne soient gagnés au christianisme. C'est pourquoi peu de personnes furent présentes lors de son exécution. Mais, si endurcis qu'ils fussent, les soldats qui avaient la garde du condamné et qui purent entendre ses paroles furent stupéfaits de voir qu'il affrontait la mort avec courage et même avec joie. Pour ceux qui assistèrent à son martyre, l'esprit de pardon qu'il manifesta envers ses bourreaux et la foi indéfectible en Christ dont il témoigna jusqu'à la fin fut une odeur de vie pour la vie. Plusieurs acceptèrent le Sauveur prêché par Paul et ne tardèrent pas à sceller courageusement leur foi dans le sang.HR 325.2

    La vie de l'apôtre fut, jusqu'à l'heure suprême, un témoignage de la véracité des paroles qu'il avait adressées aux Corinthiens: “Le Dieu qui a dit: ‘Que la lumière brille du milieu de l'obscurité!’ est aussi celui qui a fait briller sa lumière dans nos cœurs, pour nous donner la connaissance lumineuse de la gloire de Dieu qui resplendit sur le visage du Christ. Mais nous qui portons ce trésor spirituel, nous sommes comme des vases d'argile, pour que l'on voie bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et non pas à nous. Nous sommes accablés de toutes sortes de souffrances, mais non écrasés; nous sommes inquiets, mais non désespérés; on nous persécute, mais Dieu ne nous abandonne pas; nous sommes jetés à terre, mais non détruits. Nous portons toujours dans notre corps la mort de Jésus, afin que sa vie se manifeste aussi dans notre corps”. 2 Corinthiens 4:6-10. Cette sérénité ne venait pas de lui-même, mais du Saint-Esprit qui remplissait son âme et soumettait sa pensée à la volonté du Christ. Le fait que sa propre vie était un reflet de la vérité qu'il enseignait donnait une force persuasive à sa prédication et à son comportement. Le prophète déclare: “Toi, Seigneur, tu le gardes en paix, car il te fait confiance”. Ésaïe 26:3. Cette paix d'en haut qui rayonnait sur le visage de Paul gagna plus d'un cœur à l'Evangile.HR 326.1

    L'apôtre fixait ses regards sur l'au-delà, sans crainte ni frayeur, mais avec une joyeuse espérance et dans une ardente expectative. Debout sur le lieu de l'exécution, il ne vit ni l'épée flamboyante du bourreau, ni le sol verdoyant qui bientôt serait couvert de son sang. Il leva les yeux vers le ciel bleu de ce jour d'été à travers lequel il contemplait le trône de l'Eternel en disant: Seigneur, tu es mon refuge et mon partage. Quand reposerai-je dans tes bras? Quand verrai-je ta face, sans qu'un voile ne te cache à mes yeux?HR 326.2

    Tout au long de sa vie, une atmosphère céleste émanait de la personne de l'apôtre. Tous ceux qui l'approchaient ressentaient l'influence de sa communion avec le Christ et avec les anges. En cela réside la force de la vérité. Le rayonnement inconscient et involontaire exercé par une vie sainte est le plus éloquent sermon en faveur du christianisme. Si irréfutable soit-elle, une argumentation ne peut que susciter la contradiction; mais l'exemple d'une vie sainte a un pouvoir auquel il est difficile de résister.HR 327.1

    Perdant de vue les souffrances qui l'attendaient, Paul éprouvait une profonde sollicitude pour ses frères en la foi qu'il allait quitter; il songeait aux préjugés, à la haine et aux persécutions qu'ils auraient à subir. Il essayait d'encourager et de réconforter les rares chrétiens qui l'accompagnaient sur le lieu de l'exécution, en leur rappelant les précieuses promesses faites à ceux qui sont persécutés pour la justice. Il les assurait que Dieu accomplirait tout ce qu'il avait promis à ceux de ses fidèles soumis à l'épreuve: ils se lèveront et brilleront, car la lumière du Seigneur se lèvera sur eux, ils revêtiront de magnifiques vêtements quand il manifestera sa gloire. Pour un peu de temps ils auraient à affronter de multiples tentations et risquaient d'être privés du bien-être terrestre, mais ils devaient fortifier leurs coeurs en disant: “Je sais en qui j'ai mis ma confiance” (2 Timothée 1:12); le Seigneur peut garder ce que je lui ai confié. Bientôt s'achèverait l'épreuve, le radieux matin se lèverait, annonçant la paix et le bonheur parfait.HR 327.2

    Le maître d'œuvre de notre salut a préparé son serviteur en vue du dernier grand conflit. Racheté par le sacrifice du Christ, lavé du péché par son sang, revêtu de sa justice, Paul a l'intime certitude que son âme est précieuse aux yeux du Rédempteur. Sa vie est cachée avec le Christ en Dieu, et il est persuadé que celui qui a vaincu la mort est capable de garder ce qui lui a été confié. Il s'accroche à la promesse: “Je le ressusciterai au dernier jour”. Jean 6:40. Ses pensées et ses espoirs sont fixés sur le second avènement du Christ. Lorsque l'épée du bourreau tombe et que l'ombre de la mort enveloppe le martyr, sa dernière pensée s'élève vers le Dispensateur de la vie, comme au jour du grand réveil, quand il sera introduit dans la joie éternelle avec tous les rachetés.HR 328.1

    Près de vingt siècles se sont écoulés depuis que Paul, âgé, scella de son sang le témoignage qu'il rendit à la Parole de Dieu et à Jésus-Christ. Aucune plume n'a fidèlement enregistré pour les générations futures les dernières scènes de la vie de ce saint homme; mais l'Ecriture inspirée nous a conservé les paroles qu'il a prononcées avant de rendre son dernier soupir. Tel un coup de clairon, ces paroles, retentissant à travers les siècles, ont ranimé le courage de milliers de témoins du Sauveur et éveillé dans de nombreux cœurs l'écho de sa joie triomphante: “Quant à moi, l'heure est arrivée où je vais être offert en sacrifice; le moment est venu pour moi de mourir. J'ai combattu le bon combat, je suis allé jusqu'au bout de la course, j'ai gardé la foi. Et maintenant, le prix de la victoire m'attend: c'est la couronne de justice que le Seigneur, le juste juge, me donnera au jour du Jugement. Et il ne la donnera pas seulement à moi, mais à tous ceux qui attendent avec amour le moment où il apparaîtra”. 2 Timothée 4:6-8.HR 328.2

    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents