Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 1, Page 438

Chapitre 59 — Obéissance parfaite grâce au Christ*Article paru dans The Review and Herald, 1 novembre 1892.

Le Christ, notre justice

“Vous voyez qu'un homme est justifié par les œuvres et non par la foi seulement. ... Car comme le corps sans esprit est mort, ainsi aussi la foi sans les œuvres est morte.” Jacques 2:24, 26 (V. Darby). Il est indispensable d'avoir foi en Jésus, de croire qu'on est sauvé par lui; cependant il y a danger à prendre l'attitude de plusieurs qui disent: “Je suis sauvé.” D'autres ont dit: “Faites de bonnes œuvres, et vous vivrez”, mais personne ne peut accomplir de bonnes œuvres sans Christ. Plusieurs disent aujourd'hui: “Croyez seulement et vous vivrez.” La foi et les œuvres marchent ensemble; croire et faire sont inséparables. Le Seigneur n'exige pas moins aujourd'hui que ce qu'il exigeait d'Adam dans le paradis, avant la chute — une obéissance parfaite, une justice immaculée. Dieu demande autant sous l'alliance de grâce qu'il demandait dans le paradis — accord avec sa loi sainte, juste et bonne. L'Evangile n'affaiblit pas les droits de la loi; elle l'exalte, au contraire, et la rend honorable. Sous le Nouveau Testament, rien moins n'est exigé que ce qui l'était sous l'Ancien. Que personne n'entretienne l'illusion si

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»