Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Ministère de la Guérison, Page 87

Les éléments divins et les éléments humains

Le médecin croyant doit travailler en collaboration avec le Christ. Le Sauveur prenait soin à la fois du corps et de l'âme; son Evangile était un message de vie spirituelle et de restauration physique. Pour lui, la délivrance du péché et la guérison de la maladie étaient étroitement unies. C'est ce même ministère d'amour qui est confié aujourd'hui au médecin craignant Dieu. Il doit imiter le Christ en s'occupant des besoins spirituels en même temps que des besoins corporels de ses semblables. Il faut qu'il soit pour les malades un messager de miséricorde qui leur apporte à la fois le remède du corps et celui de l'âme.

C'est le Christ qui est le chef véritable de la profession médicale. En tant que Médecin suprême, il se tient aux côtés de tout praticien croyant occupé à soulager la souffrance humaine. Tout en se servant des remèdes que la nature lui offre pour guérir les maux physiques, le médecin parlera à son malade de celui qui peut redonner la santé à l'âme et au corps. Les résultats qu'il s'efforcera d'obtenir, c'est au Sauveur qu'il les devra. Il n'est que l'auxiliaire, le collaborateur de la nature dans l'œuvre de la guérison; c'est le Christ qui est le véritable guérisseur. Le médecin s'efforce de conserver la vie; le Sauveur, lui, la dispense.

La source de la guérison

Les miracles du Christ nous font connaître la puissance qui opère constamment en faveur des hommes pour les

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»