Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Rayons de Santé, Page 52

offrait un contraste absolu avec cet état d'esprit; elle démontrait la vanité des choses que les hommes regardaient comme essentielles. Le Sauveur ne fréquenta pas les écoles de son temps, où l'on magnifiait ce qui est petit et rapetissait ce qui est grand. Son éducation se forma par un travail utile, l'étude des saintes Ecritures et de la nature et les expériences de la vie, tous livres divins, débordant d'enseignements pour les cœurs réceptifs, les esprits bien disposés et les mains industrieuses. “L'enfant croissait et se fortifiait, lisons-nous dans l'Evangile. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.”1Luc 2:40.

Ainsi préparé, Jésus commença son ministère, exerçant sur tous ceux qui l'entouraient une influence ennoblissante et une puissance transformatrice dont le monde n'avait jamais été témoin.

L'éducation au foyer

Le foyer est la première école de l'enfant; c'est là que doivent être posées les bases d'une vie de service. Les principes n'en seront pas enseignés en théorie seulement, mais ils constitueront l'ambiance et le moule même de la vie.

Très tôt, il faut apprendre à l'enfant à se rendre utile. Dès que ses forces physiques et mentales sont suffisamment développées, il doit pouvoir s'acquitter de certains travaux domestiques. Il sera encouragé à soulager son père ou sa mère dans sa tâche quotidienne, à pratiquer l'abnégation et la maîtrise de soi, à faire passer le bonheur des autres avant le sien, à saisir les occasions de faire plaisir à ses frères et à ses sœurs, à ses camarades, et à témoigner de la bonté aux vieillards, aux malades et aux pauvres. Dans la mesure où il sera cultivé à la maison, le véritable esprit de service se développera dans la vie des enfants qui trouveront de la joie à venir en aide à leurs semblables et à consentir des sacrifices pour que d'autres soient heureux.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»