Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Témoignages pour l'Eglise, vol. 3, Page 151

sérieusement ceux qui ne respectent pas le sabbat. D'un côté, nous avons les prétendues nécessités de l'homme; de l'autre, les commandements de Dieu. Qu'est-ce qui a pour nous le plus d'importance?

Dans nos sanatoriums, les patients, ainsi que les médecins, leurs assistants et les infirmières doivent se nourrir le jour du sabbat, comme n'importe quelle famille adventiste, et faire aussi peu de travail que possible. Mais il ne faut pas que nos restaurants restent ouverts le samedi. Que les employés soient assurés de pouvoir assister au culte ce jour-là. La fermeture de nos restaurants est comme un mémorial pour Dieu, un mémorial qui déclare que le septième jour est le sabbat et que tout travail qui peut être évité soit mis de côté.

Il m'a été montré que l'une des principales raisons pour lesquelles nos restaurants et nos dispensaires devraient être établis dans les grandes villes, c'était pour attirer l'attention des hommes influents sur le message du troisième ange. Lorsque ceux-ci verront nos restaurants fermés le sabbat, ils voudront en connaître la raison. En répondant à leurs questions, nous aurons l'occasion de leur parler de notre foi. Nous pourrons leur distribuer des brochures et des journaux, afin qu'ils soient amenés à faire la différence entre “celui qui sert Dieu, et celui qui ne le sert pas”. Malachie 3:18. C'est ainsi qu'ils pourront connaître le message pour notre époque.

Tous les adventistes ne se distinguent pas autant qu'ils le devraient en ce qui concerne l'observation du sabbat. Veuille le Seigneur les aider à se réformer à cet égard. Le but de chaque famille est de se tenir fermement sur le sentier de l'obéissance.*Testimonies for the Church 7:121-123 (1902).

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»