Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 128

Chapitre 7 — La tempérance et les membres de l'Eglise

Un élément vivant et actif au sein de l'Eglise — Dans le cercle de famille et dans l'Eglise, nous devons accorder à la tempérance chrétienne une place importante. Ce doit être un élément vivant et actif qui réforme les habitudes, les penchants et le caractère. L'intempérance se trouve à l'origine de tous les maux dont souffre le monde. — Manuscrit 50, 1893.

Ceux que nous ne pouvons pas introduire dans l'Eglise — Dieu désire que nous soyons pleinement conscients de ce terrible mal. Il peut nous aider à lutter de toutes nos forces pour contrecarrer les efforts de l'ennemi en vue de prendre dans ses pièges les hommes, les femmes et les jeunes. Nous n'acceptons pas dans notre Eglise ceux qui font usage d'alcool et de tabac. Nous ne pouvons pas les y admettre, mais nous pouvons les aider à vaincre cette habitude. Nous pouvons leur dire que s'ils abandonnent ces pratiques malsaines, ils en seront plus heureux, eux et leur famille. Ceux qui sont remplis de l'Esprit de Dieu ne ressentiront aucun besoin de stimulants. — The Review and Herald, 15 juin 1905.

Le véritable chrétien renonce à toute habitude nocive — Les gens ont beaucoup d'habitudes qui s'opposent aux principes bibliques. Les victimes des boissons fortes et du tabac sont touchées par la corruption de l'esprit, de l'âme et du corps. Elles ne peuvent pas être reçues dans l'Eglise tant qu'elles n'ont pas donné la preuve qu'elles sont vraiment converties et qu'elles ressentent le besoin de la foi qui produit des œuvres d'amour et purifie l'âme. La vérité de Dieu purifiera le véritable converti. Celui qui s'est donné entièrement au Seigneur abandonnera toute habitude et tout appétit nuisibles pour le corps. L'abstinence totale lui permettra de vaincre son désir de substances nocives pour sa santé. — Evangelism, 264.

Chapitre 8 — Les prédicateurs de l'Eglise adventiste

Vigueur mentale et résistance — Sur chacun de nous, et sur les ministres de la vérité particulièrement, repose la lourde responsabilité de remporter la victoire sur l'appétit. L'utilité des serviteurs du Christ serait grandement accrue s'ils étaient maîtres de leurs appétits et de leurs passions. Leurs facultés mentales et morales seraient plus développées s'ils pouvaient associer exercice physique et exercice mental.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»