Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 199

qu'il était raisonnable de voter. Une bonne ambiance régnait parmi les frères. Oh! s'ils pouvaient tous agir poussés par la crainte de Dieu!

Des hommes intempérants sont venus aujourd'hui à nos bureaux; en termes flatteurs, ils ont approuvé les observateurs du sabbat ne désirant pas participer aux élections et ils espèrent que, comme les Quakers, nous nous en tiendrons à cette position. Satan et ses anges sont à l'œuvre à notre époque; le diable a ses collaborateurs terrestres. Que Satan puisse être déçu, telle est ma prière! — E. G. White diary, dimanche 6 mars 1859.

La leçon des peuples anciens — La prospérité d'une nation dépend des vertus et de l'intelligence des citoyens. Pour posséder de tels bienfaits, les habitudes d'une stricte tempérance sont indispensables. L'histoire des peuples anciens fourmille d'exemple qui sont pour nous un avertissement. Le plaisir, la volupté et les mœurs dissolues ont préparé la décadence de ces peuples. L'avenir prouvera si notre pays aura profité de l'exemple et évité leur sort. — The Review and Herald, 8 novembre 1881; Ministère évangélique, 379.

Chapitre 7 — L'appel pour la moisson

Il est temps de travailler — N'est-ce pas maintenant le moment de travailler, frères et sœurs? D'utiliser les capacités que Dieu nous a données et d'être saisis d'un saint zèle? De nous conduire comme Caleb, de partir pour le front, d'élever nos voix pour protester contre les rapports qui circulent de tous côtés? Sommes-nous incapables de conquérir le pays? Nous pouvons par la grâce de Dieu accomplir un travail important en faveur de la tempérance. — Manuscrit 3, 1888.*NOTE — Voici la résolution qui fut présentée aux délégués du camp-meeting qui se tint au début de l'été 1881 à Des Moines (Iowa).
“Nous avons décidé de manifester notre profond intérêt pour le mouvement en faveur de la tempérance qui se développe dans cet Etat; d'inviter tous nos ouvriers à chercher à convaincre les membres et les personnes de l'extérieur de favoriser au maximum, par des efforts personnels ou par leur bulletin de vote, l'amendement de la Constitution favorable à la prohibition que les amis de la tempérance cherchent à faire passer.”
Certains firent des objections à la clause qui préconisait l'utilisation du “bulletin de vote” et demandèrent sa suppression. Mme White, qui assistait au camp-meeting, s'était retirée, mais on l'envoya chercher pour qu'elle donne son avis.
Voici ce qu'elle écrivit à l'époque à ce propos: “Je m'habillai et appris qu'on me demandait de dire si nos membres devaient voter en faveur de la prohibition. Je leur dis “Oui”, et parlai vingt minutes.” — Lettre 6, 1881
.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»