Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 72

dont leur intempérance les avait rendus incapables. Mais leur perception morale était à tel point engourdie qu'ils n'étaient plus capables de discerner entre le sacré et le profane. — Patriarches et prophètes, 372.

Chapitre 2 — L'effet psychologique des boissons fermentées

Tout un héritage de penchants réveillés par le vin et le cidre — Il n'est pas prudent que des personnes ayant un penchant naturel pour les stimulants gardent chez elles du vin et du cidre. Satan les pousse constamment à en faire usage. Si elles cèdent à ses tentations, elles seront incapables de s'arrêter; l'appétit demande à être satisfait, mais sa satisfaction est un facteur de mort. Le cerveau s'obscurcit; la raison ne gouverne plus mais cède la place à l'intempérance. La débauche s'installe, toutes sortes de vices abondent; telles sont les conséquences de l'usage du vin et du cidre. — Christian Temperance and Bible Hygiene, 32, 33.

La croissance spirituelle rendue impossible — Celui qui aime les stimulants et qui s'habitue à en faire usage ne peut pas croître en grâce. Il devient vulgaire et sensuel; ses passions charnelles commandent aux facultés supérieures de son esprit et il n'apprécie pas les valeurs morales. — Christian Temperance and Bible Hygiene, 33.

Les boissons fermentées corrompent l'esprit — Satan fait sombrer l'homme dans l'intempérance d'une façon si imperceptible, le vin et le cidre corrompent son goût si insidieusement qu'il s'engage sur la voie de l'alcoolisme avant même d'en soupçonner le danger. Les stimulants sont de plus en plus appréciés, le système nerveux se détraque. Satan maintient l'esprit dans une constante agitation fébrile. La pauvre victime, ne se doutant pas du danger, continue si sûrement à s'enfoncer que toute barrière morale s'effondre et que tout principe est sacrifié. Les plus fermes résolutions sont alors sans effet et les considérations les plus élevées sont incapables de soumettre l'appétit perverti au contrôle de la raison. Certaines personnes ne sont jamais ivres, mais elles sont toujours sous l'influence de boissons fermentées. Elles sont fébriles, instables, mal équilibrées; les facultés les plus élevées de leur esprit ont été perverties. — Ibidem.

Le jus de raisin et le jus de pomme — Le pur jus de raisin est une boisson saine. — Manuscrit 126, 1903.

Le jus de pomme et le jus de raisin peuvent être mis en bouteilles et rester doux assez longtemps. Si on les emploie lorsqu'ils ne sont pas

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»