Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 175

Les villes: les champs blanchissent pour la moisson, 15 juin

Ne dites-vous pas qu'il y a encore quatre mois jusqu'à la moisson? Eh bien! Je vous le dis, levez les yeux et regardez les champs qui sont blancs pour la moisson. Jean 4:35.

C'est à nous, aussi sûrement qu'il le fit pour les disciples de cette époque, que le Christ adresse ces paroles. Le temps passe, et le Seigneur appelle les ouvriers qui travaillent dans les secteurs de son œuvre à lever les yeux et à considérer les champs qui blanchissent en vue de la moisson.

Nos ouvriers ne sont pas tournés vers l'extérieur comme ils devraient l'être dans leurs efforts. Nos responsables ne sont pas prêts pour l'œuvre qui doit être accomplie. Quand je pense aux villes dans lesquelles si peu de travail a été réalisé, dans lesquelles des milliers d'âmes doivent être averties du prochain retour du Sauveur, j'éprouve le désir intense de voir des hommes et des femmes aller de l'avant dans l'œuvre, poussés par la puissance de l'Esprit et remplis de l'amour du Christ en faveur des âmes qui périssent.

Les païens de nos cités qui vivent à nos portes ont été étrangement négligés. Un effort systématique devrait être tenté en vue de leur salut. Nous devons à présent travailler à la conversion des païens qui vivent au milieu de nous, ceux-là même qui vivent à l'ombre de nos portes. Un nouveau chant doit pénétrer leur bouche; ils sont appelés à aller de l'avant afin de communiquer à ceux qui sont encore dans les ténèbres la lumière du message du troisième ange.

Il est urgent de nous éveiller alors que les chemins s'ouvrent afin que nous puissions faire progresser l'œuvre dans les grandes villes. Nous sommes loin de suivre la lumière qui nous a été donnée nous invitant à pénétrer dans les villes et à ériger des autels en l'honneur de Dieu. Pas à pas, nous devons conduire les âmes dans la pleine lumière de la vérité. Beaucoup soupirent après une nourriture spirituelle. Nous devons continuer à agir jusqu'à ce qu'une Eglise soit organisée et qu'un lieu de culte, aussi modeste soit-il, puisse être bâti. Je suis grandement encouragée en pensant que beaucoup de gens ne partageant pas notre foi contribueront au succès de cette œuvre par leurs moyens. La lumière qui m'a été donnée me signale qu'en maints endroits, et spécialement dans les grandes villes d'Amérique, un appui sera assuré par de telles personnes. — Pacific Union Recorder, 23 octobre 1902.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»