Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 74

La patience, 6 mars

Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'ardente compassion, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience. Colossiens 3:12.

Le Capitaine de notre salut a mis de côté toute réputation, et a pris sur lui la forme d'un serviteur, afin que l'humanité soit alliée à la divinité. L'homme doit représenter le Christ. Il sera patient envers son prochain, plein de pardon et d'un amour semblable à celui du Christ. Celui qui est vraiment converti manifestera du respect envers ses frères; il agira selon l'ordre du Christ. Jésus a déclaré: “Je vous donne un commandement nouveau: aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres.” Jean 13:34, 35. Là où l'amour du Christ abonde dans l'âme, cet amour trouvera une expression qui sera comprise par le monde. [...]

Tous ceux qui prononcent le nom du Christ ne sont pas un avec lui. Ceux qui ne possèdent pas l'Esprit et la grâce du Christ ne lui appartiennent pas, quelle que soit leur profession de foi. Par leurs fruits vous les reconnaîtrez. Les us et coutumes du monde ne mettent pas en pratique les principes de la loi de Dieu, et par conséquent ne respirent pas de son Esprit et n'expriment pas son caractère. La ressemblance au Christ se révélera seulement chez ceux qui portent l'image divine. Seuls ceux qui sont modelés par l'opération du Saint-Esprit sont comptés comme accomplissant la parole de Dieu, et exprimant la pensée et la volonté de Dieu.

Il existe dans le monde un christianisme contrefait aussi bien qu'un christianisme authentique. L'esprit véritable d'un homme apparaît dans sa manière de traiter ses semblables. Nous pouvons nous demander: représente-t-il le caractère du Christ en esprit et en action? Ou manifeste-t-il simplement les traits de caractère naturels et égoïstes qui appartiennent aux gens de ce monde? La profession de foi ne vaut rien pour Dieu. Avant qu'il ne soit trop tard pour redresser les torts, que chacun se demande: “Qui suis-je?” Il dépend de nous de savoir si nous formerons un caractère qui nous qualifiera à faire partie de la famille royale de Dieu en haut. — The Review and Herald, 9 avril 1895.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»