Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Vous recevrez une Puissance, Page 80

La maîtrise de soi, 12 mars

Daniel résolut de ne pas se souiller par les mets du roi et par le vin dont le roi buvait, et il supplia le chef des eunuques de ne pas l'obliger à se souiller. Daniel 1:8.

La leçon ici présentée mérite toute notre attention. Une stricte soumission aux exigences bibliques sera une bénédiction tant pour le corps que pour l'âme. Le fruit de l'Esprit ne consiste pas seulement en l'amour, la joie, la paix, mais aussi en la tempérance. Nous sommes invités à ne pas souiller notre corps, car il est le temple du Saint-Esprit.

Les captifs hébreux étaient des hommes animés des mêmes passions que nous. Au milieu des influences séductrices des cours luxueuses de Babylone, ils restèrent fermes. La jeunesse d'aujourd'hui est entourée d'incitations à l'indulgence envers soi-même. Spécialement dans nos grandes cités, toutes les formes de gratification sensuelle sont d'accès facile et avenantes. Ceux qui, comme Daniel, refusent de se souiller eux-mêmes, récolteront la récompense d'habitudes tempérantes. Avec une plus grande énergie physique et une puissance d'endurance accrue, ils disposeront d'un compte de dépôt duquel ils pourront tirer en cas d'urgence.

De bonnes habitudes physiques développent une supériorité mentale. La puissance intellectuelle, l'énergie physique, et la longueur de la vie dépendent de lois immuables. Le Dieu de la nature n'interviendra pas pour préserver les hommes des conséquences de la violation des exigences de la nature. Celui qui lutte pour se maîtriser doit être tempérant en toutes choses. La clarté d'esprit de Daniel et sa fermeté de résolution, sa puissance dans l'acquisition de la connaissance et dans la résistance à la tentation, étaient dues en grande partie à la simplicité de sa diète et à sa vie de prière...

L'histoire de Daniel et de ses jeunes compagnons a été conservée dans les pages de la parole inspirée pour le bénéfice de tous les âges qui suivraient. Par le récit de leur fidélité aux principes de la tempérance, Dieu parle aujourd'hui aux jeunes hommes et aux jeunes filles, leur demandant de rassembler les précieux rayons de lumière qu'il a donné sur le sujet de la tempérance chrétienne, et de se mettre en accord avec les lois de la santé. — The Youth's Instructor, 9 juillet 1903.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»