Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 23

lumière et la vie du temple de l’âme, tout comme le sang est la vie du corps. Tous les étudiants de la Parole sont représentés comme ceux qui mangent la Parole, qui se nourrissent de Christ… Tout comme les besoins du corps doivent être comblés chaque jour, ainsi la Parole de Dieu doit être étudiée quotidiennement — ingérée, digérée et mise en pratique. C’est la nourriture qui maintient la vie et la santé de l’âme. La négliger équivaut à affamer l’âme. Elle déclare heureux celui qui médite jour et nuit les vérités qui y sont contenues et nous sommes tous appelés à en faire nos délices. La relation entre la Parole et le croyant est d’une importance capitale. S’approprier la Parole pour nos besoins spirituels, c’est manger les feuilles de l’arbre de vie qui servent à la guérison des nations. Étudiez et mettez en pratique la Parole, car c’est votre source de vie. --Lettre 4 d’Ellen G. White, 1902.

Coopération au foyer

S’il est essentiel que celui qui enseigne fasse des efforts avisés et persévérants, tout le travail en faveur des âmes ne doit cependant pas incomber à l’École du sabbat et à l’Église, mais sa base et son appui doivent se trouver au sein de la famille. Les parents ont une responsabilité sacrée à assumer dans la crainte de Dieu, celle de veiller sur l’âme de leurs enfants comme devant en rendre compte.

L’aspect missionnaire de la vie au foyer a été étrangement négligé. Les parents qui ont eu les plus sérieux motifs de manifester à l’égard du salut de leurs enfants une réelle sollicitude semblable à celle du Christ, ont été indifférents envers leurs responsabilités et ont traité cette question à la légère, abandonnant volontiers à l’École du sabbat et à l’Église le soin d’exercer sur ceux-ci une influence qu’ils ne se souciaient pas de posséder. Mais chaque instrument utilisé par Dieu a son œuvre à accomplir et les parents qui négligent leurs devoirs et leurs responsabilités seront pesés dans la balance et trouvés trop légers.

Les instructions du Christ à Israël, quand ce dernier suivait au désert la colonne de feu, définissent clairement la tâche des parents. Elles sont pour nous un avertissement et un bien. « Mettez dans votre cœur et dans votre âme ces paroles que je vous dis. Vous les lierez comme un signe sur vos mains, et elles seront comme des frontaux entre vos yeux. » Dans tout le travail de leurs mains, les Israélites devaient se rappeler le commandement du Seigneur. Il devait être lié sur leurs mains non pas d’une manière littérale, mais dans le sens d’exercer une influence sur toutes les activités de leurs vies, être entre leurs yeux comme des fronteaux. Leurs esprits devaient se pénétrer de la vérité des commandements de Dieu, et être gouvernés par leurs principes. « Vous les enseignerez à vos enfants, et vous leur en parlerez quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. Et alors vos jours et les jours de vos enfants, dans le pays que l’Éternel a juré à vos pères de leur donner, seront aussi nombreux que les jours des cieux le seront au-dessus de la terre... »

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»