Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 45

Le Chemin, la Vérité et la Vie seront clairement révélés par les paroles, l’esprit et la conduite de ceux qui sont à Jésus et vivent à son école. Parents et moniteurs doivent manifester un vif intérêt et de la sympathie envers ceux qui ne croient pas à la vérité, et ils se garderont bien de jamais, soit en parole soit en action, offenser une âme rachetée par le sang de Jésus. Si les adultes font preuve de froideur et d’antipathie, ils seront imités en cela par les enfants dont le caractère ne sera pas façonné d’après le divin modèle. Il nous faut patiemment inculquer à nos jeunes le sentiment que Dieu désire faire d’eux des missionnaires à l’esprit large et au cœur rempli de sympathie pour autrui. Si chacun travaille avec amour et imprègne ses relations de courtoisie chrétienne, il gagnera des âmes et pourra présenter au Maître de précieuses gerbes.

Poursuivre un idéal plus élevé

Une chose est certaine : parmi les adventistes du septième jour, l’esprit d’amour qui règne soit dans l’Église, soit dans l’École du sabbat est trop restreint. Moniteurs et élèves poursuivent un idéal trop bas. Tous ont besoin de grandir spirituellement, d’avoir des aspirations plus élevées, plus saintes, de respirer une atmosphère plus pure. Des jeunes gens et des jeunes filles doivent pourtant sortir de nos écoles du sabbat, de nos collèges et séminaires pour se consacrer au salut des âmes. Il est donc nécessaire qu’ils reçoivent une instruction soignée et la meilleure éducation religieuse qui soit. Il leur faut cette vertu qui vient de Dieu et qui, ajoutée à la connaissance, les qualifiera pour porter de grandes responsabilités. La croissance intellectuelle et spirituelle devrait, chez eux, marcher de pair avec celle des forces physiques, et sa nécessité s’imposer à leur esprit. Cependant, nombreux sont ceux qui, parmi eux, n’atteignent pas ce résultat. Pourquoi ? Manquent-ils des capacités nécessaires ? Non ! Simplement, ils ne font pas d’efforts diligents et résolus dans ce sens. Ils devraient pourtant tirer le meilleur parti possible des occasions qui s’offrent à eux de se qualifier en vue de pouvoir porter les fardeaux d’autrui et partager les responsabilités de ceux qui sont fatigués et chargés. L’œuvre missionnaire la plus importante consiste à former des ouvriers qui iront prêcher l’Évangile à toute créature. — TSS 32-34.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»