Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 52

Un représentant de la véritable religion

Un moniteur vraiment converti ne se conforme pas aux coutumes et pratiques du monde ; il sait sauvegarder son indépendance morale et l’exemple qu’il donne est en harmonie avec sa profession de foi. Ce n’est pas lui qui se laissera détourner en rien de sa ferme intention d’être un avec le Christ, qui cédera, ne serait-ce que d’un centimètre, sur le terrain de la fidélité envers Dieu. Il fait preuve de constance dans son opposition à l’orgueil, aux plaisirs égoïstes, à la dissipation et à l’amour du luxe et s’efforce d’être un modèle aussi bien du point de vue spirituel, du comportement social que dans la manière de se vêtir.

Dirigeants et responsables de l’École du sabbat, sous quel étendard voulez-vous vous placer ? Celui du Christ ou celui de l’ennemi des âmes ? Serez-vous du nombre de ceux qui disent : « J’élèverai bien haut la croix et je suivrai Jésus » ? Êtes-vous de ces chrétiens qui cultivent en eux l’amour parfait du Maître pour persuader, sa ferveur pour exhorter, et qui s’efforcent d’être des exemples d’obéissance aux principes sublimes de la vérité, manifestant dans leur vie et leur caractère la religion du Christ et prêtant l’oreille à l’exhortation de l’apôtre : « Revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ et n’ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises » ?

Donner à la jeunesse le spectacle d’une religion véritable est une nécessité impérieuse, car elle est en soi une puissance vitale exerçant une influence qui pénètre jusqu’aux racines de l’être. D’une piété profonde jailliront la joie, la spontanéité, et une croissance spirituelle constante. C’est là la véritable religion que nos enfants doivent contempler pour être attirés au Christ et qui laissera sur eux sa divine empreinte. Ceux qui la posséderont seront renouvelés mentalement et physiquement par la grâce vivifiante de Dieu.

Éducateurs et moniteurs qui exercez dans nos écoles du sabbat et dans des établissements scolaires, faites vôtres ces principes pendant une année, et voyez si vous ne pourrez pas dire ensuite : « Le Seigneur a fait des merveilles en ma faveur, beaucoup d’âmes ont été amenées au Maître comme de précieuses gerbes pour les greniers célestes. » —TSS 45, 46.

Examen de conscience

Le Seigneur veut que les moniteurs de nos écoles du sabbat s’examinent eux-mêmes pour voir s’ils sont dans l’amour de Dieu. Dans leur expérience, les serviteurs de Dieu vivront des tests et des épreuves servant à éprouver leur caractère. Les moniteurs devraient continuellement apprendre et chercher à acquérir une compréhension plus profonde et un jugement sain des choses spirituelles. S’ils deviennent trop confiants en leurs capacités et trop remplis d’amour-propre, ils courent le danger de ne pas réaliser leurs propres insuffisances ni l’étroitesse de leurs idées et de ne connaître ni développement, ni enrichissement. Au lieu de devenir de plus en plus compétents, ils finissent par se considérer de plus en plus importants et ne laissent aucune place à Jésus dans leurs cœurs et dans leurs expériences. Le moniteur devrait cultiver ses

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»