Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 60

Le moi doit être rabaissé, et le Christ exalté. Comment se fait-il que les esprits de ceux à qui Dieu confie du travail dans sa vigne se gonflent si facilement d’orgueil ?

Des questions qui interpellent

Pourquoi certains semblent-ils croire qu’un poste de responsabilité exalte l’homme ? Pourquoi deviennent-ils si indépendants alors qu’ils dépendent complètement du sacrifice expiatoire de Jésus ? Pourquoi y a-t-il chez certains un manque de tendresse si grand, un cœur si indifférent ? C’est que ceux qui sont indépendants ne sont pas tombés sur le Roc pour s’y briser. C’est la raison pour laquelle la confiance en Dieu, la repentance sincère et profonde et la ferveur dans la prière font tellement défaut. Que chaque moniteur puisse se poser ces questions : « Ai-je reçu le Saint-Esprit depuis que j’ai cru ? Ai-je accepté Christ comme mon Sauveur personnel ? » Répondez à ces questions avec solennité.

Chaque moment équivaut à de l’or

Si tous ceux qui sont engagés dans l’œuvre de Dieu sont chrétiens, leurs œuvres en témoigneront. Ils présenteront Christ à ceux avec lesquels ils entrent en contact. Les moniteurs n’occuperont pas le temps de l’École du sabbat à des questions d’importance secondaire, car ils réaliseront que chaque moment équivaut à de l’or et devrait être employé à travailler en toute diligence dans la vigne du Seigneur. Le ministère accompli dans le sanctuaire céleste, où Christ, à chaque instant, présente son propre sang devant le trône de la grâce et intercède en notre faveur, devrait toucher profondément notre cœur et nous faire prendre conscience de la valeur de chaque instant. Jésus vit à jamais afin d’intercéder pour nous ; mais un moment passé dans l’insouciance ne peut jamais être retrouvé. Que moniteurs et élèves considèrent cette grande vérité : Christ poursuit sans relâche son œuvre solennelle dans le sanctuaire céleste, et si vous portez le joug du Christ, si vous prenez son fardeau, vous prendrez part également à une œuvre d’un caractère semblable à celle de votre divin Chef. — TSS 85, 86.

L’assurance, indice du caractère

Le moniteur devrait veiller d’une manière spéciale sur chacun des élèves qui lui sont confiés et les porter dans son cœur.

Cette œuvre n’aura d’effet durable pour ce temps et pour l’éternité que si le moniteur est en communion avec Dieu. Jésus dit : « Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. » N’encouragez pas une étude superficielle de la vérité. Présentez-en clairement chaque point ; gardez-vous d’encombrer l’esprit des enfants d’une quantité de choses à la fois. La précieuse Parole de Dieu doit être pour ces derniers une lampe à leurs pieds et une lumière sur leur sentier. Persuadez-les que leur privilège est de marcher dans cette lumière, et que ce sentier est celui de la paix, de la pureté, de la sainteté, préparé pour les rachetés du Seigneur. Le Christ les y a précédés, il est le véritable Berger ; en le suivant, ils éviteront les chemins détournés et les pièges dangereux.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»