Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 76

insiste sur le principe d’un zèle désintéressé qui contribue uniquement à la gloire de Dieu. — Témoignages pour l’Église, vol. 1, p. 426.

Vaincre l’égoïsme naturel

Les hommes ne sont pas naturellement enclins à être généreux, mais plutôt mesquins et cupides, et à vivre pour eux-mêmes. Et Satan est toujours prêt à leur présenter les avantages qu’ils retireront à utiliser tout leur argent dans des buts égoïstes et mondains ; il est content lorsqu’il peut les influencer à échapper à leur devoir, et dérober Dieu dans les dîmes et les offrandes. Mais personne n’a d’excuse dans ce domaine. « Que chacun mette à part, chez lui, ce qu’il pourra, selon sa prospérité. » Le pauvre et le riche, les jeunes hommes et les jeunes femmes qui reçoivent un salaire --tous doivent mettre de côté une portion ; c’est Dieu qui le demande. La prospérité spirituelle de tout membre de l’Église dépend d’un effort personnel et d’une stricte fidélité à Dieu. — 5T 382.

Enseigner la générosité aux enfants dans le foyer

Notre grand adversaire est constamment à l’œuvre avec puissance pour attirer les jeunes dans la complaisance, l’orgueil et l’extravagance de manière à ce que leurs esprits et leurs cœurs soient tellement absorbés par ces choses qu’il ne reste plus de place pour Dieu dans leurs affections. Par ce moyen, il pervertit le caractère et avilit l’intelligence des jeunes de cette génération. C’est le devoir des parents de contrebalancer son action. Toute influence exercée sur les jeunes gens en vue de préserver dans leurs cœurs une humilité véritable et spontanée et la connaissance de la volonté divine, contribuera à éviter qu’ils soient corrompus par les vices de ce siècle.

Une des barrières les plus efficaces contre la marée montante du mal c’est de cultiver l’habitude du renoncement et de la générosité. On devrait apprendre aux enfants à repousser les habitudes de l’égoïsme et de la convoitise. Dieu a sur eux des droits sacrés, et ils doivent être instruits, ligne sur ligne, précepte sur précepte, à reconnaître ces droits et les considérer consciencieusement.

On devrait toujours rappeler aux jeunes et tendres esprits que Dieu déverse constamment sa bénédiction sur ses enfants dociles, à travers le soleil et la pluie, qui font prospérer la végétation, et la terre qui livre ses largesses au service de l’homme. Ces bénédictions ne nous sont pas accordées pour encourager nos natures égoïstes, en retenant les trésors de la magnificence de Dieu et en s’y attachant, mais pour que nous puissions rendre nos dîmes et offrandes à celui qui nous les a données. C’est la moindre expression de gratitude et d’amour que nous puissions, à notre tour, rendre à notre généreux Créateur.

Les parents ont fait preuve d’une grande négligence en ne cherchant pas à intéresser leurs enfants à participer à la cause de Dieu. Dans plusieurs familles, les enfants semblent être laissés en dehors du sujet, comme s’ils étaient des êtres irresponsables. Ceux qui privent le trésor de Dieu et entassent des richesses afin de les réserver à leurs enfants font courir à ceux-ci un grand danger sur le plan spirituel. Ils

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»