Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 85

seulement pour cette vie mais pour l’éternité, l’ordre et l’harmonie règnent dans chaque département. — TSS 89, 90.

Les méfaits de la rigidité

L’organisation n’est pas une mauvaise chose, mais c’est le fait d’avoir accordé plus d’importance à l’organisation qu’au développement d’une piété essentielle qui est mal. Lorsque la forme et l’organisation prédominent, et qu’une tâche laborieuse est entreprise pour mener à bien le travail qui devrait être fait avec simplicité, c’est le mal qui en résulte, et il n’y a que peu de résultats par rapport à l’effort déployé. L’organisation a justement pour but de créer l’effet contraire ; et si on devait déstructurer, cela équivaudrait à démolir ce que nous avons établi. Nous avons été témoins de mauvais résultats, à la fois dans l’œuvre de l’École du sabbat et l’œuvre missionnaire, à cause d’une organisation trop lourde qui nous a fait perdre de vue le rôle capital de l’expérience. Dans plusieurs des améliorations envisagées qui ont été présentées, on pouvait y voir la main de l’homme. Des hommes et des femmes n’étant pas disposés spirituellement et n’ayant aucun intérêt réel dans l’œuvre qu’on leur a confiée à l’École du sabbat ont été acceptés comme officiers et moniteurs ; mais ce n’est que par l’aide du Saint-Esprit qu’on pourra remettre de l’ordre dans ces choses . . .

Nous pourrions voir un ordre de choses différent si beaucoup se consacraient entièrement à Dieu, et mettaient leurs talents au service de l’École du sabbat, pour parfaire leurs connaissances et s’instruire eux-mêmes de manière à pouvoir enseigner à d’autres les meilleures méthodes à utiliser dans l’œuvre ; mais il n’appartient pas aux ouvriers de chercher des méthodes par lesquelles ils peuvent se mettre en valeur, en gaspillant du temps dans des performances théâtrales et musicales, car cela n’est d’aucune utilité à personne. Cela ne sert à rien de former les enfants à présenter des discours pour des occasions spéciales. On devrait plutôt les gagner à Christ, et au lieu de dépenser temps, argent et labeur pour faire un spectacle, que tous ces efforts soient concentrés à ramasser des gerbes pour la moisson.

Plusieurs ont semblé croire que l’œuvre de l’École du sabbat consistait essentiellement à organiser la classe, et enseigner aux élèves à agir selon un ensemble de formes et de cérémonies, et que si on s’assurait la participation de quelques moniteurs, l’École du sabbat allait bien fonctionner. On choisit souvent des moniteurs qui ne peuvent conduire des âmes à Christ parce qu’ils n’ont pas découvert sa grande valeur pour eux-mêmes ; mais tous ceux qui n’accordent pas de valeur au salut des âmes pour travailler comme Christ le voudrait s’éloigneront du Seigneur. « Celui qui --souvenez-vous de ces paroles -- n’assemble pas avec moi, disperse. » Si les moniteurs n’ont pas le fardeau de conduire des âmes à Jésus, ils finiront par devenir indifférents à la vérité ; ils tomberont dans l’insouciance, et l’atmosphère dans laquelle ils ont entouré leurs âmes contribuera à les éloigner de Christ. Avec de tels éléments, l’École du sabbat connaîtra en permanence des conflits et des difficultés, car si les moniteurs s’engagent dans ce travail sans manifester le moindre intérêt, les élèves développeront la même attitude. -- FE 253, 254.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»