Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 94

pas étudiées et conservées précieusement dans leur cœur de manière à ce que le Saint-Esprit illumine leur compréhension obscurcie et fasse fondre et briser leur cœur de pierre. C’est lui qui rendra le cœur sensible et compatissant et le débarrassera de l’orgueil et l’égoïsme.

Les élèves de l’École du sabbat agiront sans doute de manière à agacer le moniteur par leur mauvaise conduite. Mais ce dernier ne doit pas prononcer de paroles dures ni manifester un esprit irrité, car en agissant de la sorte il n’utilise pas l’épée de l’Esprit, mais les armes de Satan. Bien que la mauvaise conduite de l’élève soit éprouvante, et que le mal doive être corrigé, la justice respectée et les règles observées, que le moniteur reste dans la voie du Seigneur et qu’il mélange la bonté à la justice. Qu’il regarde à la croix du Calvaire, pour y contempler comment la bonté et la vérité se sont rencontrées, comment la justice et la paix se sont embrassées. C’est là que, par le divin sacrifice, l’homme peut être réconcilié avec Dieu. En contemplant l’amour du Christ, votre cœur sera attendri envers les jeunes et les enfants de la famille de Dieu. Vous vous souviendrez qu’ils appartiennent à Christ, et vous aurez le désir de les traiter de la même manière que Christ vous a traité.

Ce n’est pas en traitant les jeunes avec dureté que vous les aiderez à voir leurs erreurs et à changer de conduite. Que les règlements de la classe soient pratiqués dans l’esprit de Jésus, et lorsqu’un reproche doit être fait, que cette tâche désagréable soit accomplie avec une tristesse mêlée d’amour. N’ayez pas le sentiment que votre travail constitue à reprendre ouvertement l’élève et l’humilier devant toute la classe. Ce ne serait pas un bon exemple à donner aux enfants, car cette semence porterait une récolte semblable. Ne dénoncez jamais les erreurs d’un élève en dehors du cadre dans lequel elles doivent être connues, car en agissant ainsi, vous lui attirerez de la sympathie, et laisserez dans les esprits l’impression qu’il a été traité injustement. En dénonçant sa conduite, vous risquez de le jeter sur le terrain de l’ennemi et à partir de ce moment, il faiblira progressivement. C’est avec patience que le Christ nous supporte et nous sommes appelés à lui ressembler. Il ne nous met pas de côté à cause de nos erreurs mais nous réprimande avec tendresse et dans son amour, nous attire près de lui.

Sagesse et patience nécessaires

Si les enseignants s’aperçoivent qu’il est impossible d’amener un élève à se soumettre à la discipline de la classe, qu’on le déplace dans une autre classe, car un autre enseignant pourrait être en mesure de suppléer au manque de l’élève. Ce qui manque à un enseignant, un autre peut le posséder ; mais si vous pouvez gagner la confiance du jeune et vous attacher son cœur par les cordes de la compassion et de l’amour, vous pouvez gagner cette âme à Christ. C’est ainsi que peut être transformé le caractère d’un jeune obstiné, têtu et indépendant.

Cependant, tout en manifestant amour et compassion envers vos élèves, manifester de la partialité est une preuve de faiblesse et soulève la suspicion et la jalousie. Les enfants sont prompts à discerner les préférences du moniteur, et l’élève favori mesure souvent sa force, son aptitude et sa capacité avec celles du moniteur

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»