Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»

Conseils pour l’École du Sabbat - Traduction, Page 99

L’amour une puissance qui subjugue

Consacrez-vous, avec tout ce que vous possédez, au service de celui qui vous a aimés et s’est donné lui-même pour vous. Jésus dit : « Si vous portez beaucoup de fruits, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples. » Ces paroles sont d’une importance aussi grande pour l’École du sabbat que pour le ministère. Plus que jamais, le moment est venu de répandre de précieuses semences qui lèveront et porteront du fruit jusque dans la vie éternelle. C’est maintenant que vous pouvez être une odeur de vie qui donne la vie, car, en communiquant à d’autres la vérité que vous avez acquise au prix d’une expérience profonde, une puissance vivifiante se fait sentir qui touche les âmes et les dirige vers Dieu. Et lorsque c’est Jésus lui-même qui exerce cette attirance, et que ses collaborateurs travaillent en harmonie avec lui, il faudrait qu’un cœur humain soit bien endurci pour ne pas être touché et subjugué par la puissance de l’amour divin ! -- TSS 69,70.

Compétitions et prix

Le sabbat matin (camp de Marshalltown en Iowa, le 16 août 1884), un grand groupe s’est rencontré pour l’École du sabbat. Les classes furent rapidement organisées et tous les participants avaient un siège à l’exception de quelques-uns qui choisirent de s’asseoir à l’extérieur de la tente. Mais ces derniers ne furent pas laissés seuls ; on a assigné des moniteurs et formé deux ou trois classes captivantes. Chaque classe ressemblait à une ruche d’abeilles, et partout, dans la tente et à l’extérieur, on entendait le bourdonnement des voix. L’école était bien dirigée, avec ordre, et les activités m’ont semblé très intéressantes. -- Review and Herald, 21 octobre 1884.

On m’avait demandé de parler pendant trente minutes, et je les mis en garde contre le fait de laisser leur école du sabbat devenir une simple routine mécanique. Nous ne devrions pas chercher à imiter les écoles du dimanche ni à stimuler l’intérêt en offrant des prix. L’offre de récompenses créera la rivalité, l’envie et la jalousie ; et certains parmi les plus diligents et les plus méritants ne seront pas reconnus. Les élèves ne devraient pas mettre l’accent sur la quantité de versets qu’ils peuvent apprendre ou répéter, car cela crée une trop grande tension chez l’enfant ambitieux et décourage le reste de la classe.

Ne tentez pas d’appliquer ces méthodes dans vos écoles du sabbat ; par contre, que les directeurs et les moniteurs fassent tout leur possible pour avoir des classes vivantes et captivantes. Quelle bénédiction ce serait si les moniteurs suivaient tous la méthode d’enseignement de Jésus ! Il ne visait pas à attirer l’attention par l’éloquence ou par une noblesse de sentiment excessive. Au contraire, son langage était clair et ses pensées exprimées avec la plus grande simplicité ; mais ses paroles étaient empreintes d’un amour sincère. Que votre manière d’enseigner se rapproche le plus possible de celle de Jésus. Rendez vos exercices intéressants et montrez que vous avez bien appris la leçon et que vous y attachez le plus grand intérêt. Ne donnez pas d’interprétations futiles ou superficielles des Écritures, mais que chacun se prépare à approfondir sérieusement le sujet présenté. -- TSS 110,111.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Forward»