Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Econome, Page 245

Chapitre — 45 Le desir avide des richesses

Le peuple de Dieu, qui a été béni en recevant une grande lumière en ce qui concerne la vérité pour le temps présent, ne devrait jamais oublier qu'il attend et espère le retour du Seigneur sur les nuées des cieux. Qu'il n'oublie pas non plus qu'il doit faire disparaître les œuvres des ténèbres et brandir l'étendard de la lumière. Que personne ne se fasse des idoles d'or, d'argent ou de terrains, et ne se consacre à ce monde et à ses intérêts. Il existe une manie de spéculer sur les terrains, qui sévit aussi bien dans les villes qu'à la campagne. Les chemins anciens et sûrs qui mènent à l'aisance perdent de leur popularité. L'habitude d'acquérir une fortune importante en accumulant petit à petit les modestes gains dus au travail et à la frugalité est une habitude qui est méprisée par beaucoup, comme n'étant plus adaptée à cette ère de progrès.

Le désir de s'engager dans des spéculations, en achetant des parcelles de terrains ou des maisons, ou quelque autre chose qui promette des gains rapides et substantiels, a atteint une ardeur fiévreuse, et l'esprit, et la pensée, et le travail sont tout entiers dirigés vers ce but suprême qui est d'acquérir le plus de biens terrestres possible dans le minimum de temps. Certains de nos jeunes courent à la ruine à cause de ce désir avide de richesses. Cet appât du gain ouvre la porte du cœur aux tentations de l'ennemi. Et ces tentations sont tellement séduisantes que bien peu de personnes peuvent y résister. ...

L'esprit de lucre

Cet esprit de lucre, cette hâte à devenir riche, cette mondanité si absorbante sont en parfaite contradiction avec notre

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»