Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Econome, Page 273

Chapitre — 51 Supprimer les dettes sur les lieux de culte

Je me réjouis avec vous de ce que vous vous proposez de supprimer les dettes sur vos lieux de culte. Quelles sommes considérables eussent pu être économisées si chaque année on avait cherché à accroître son effort dans ce sens! Il n'y a pas de raison pour que nos lieux de culte continuent, année après année, à porter le fardeau d'une dette. Si chaque membre d'église accomplit son devoir en appliquant l'esprit de renoncement et de sacrifice, pour le Seigneur à qui il appartient par droit de rachat, pour que son église soit libérée de sa dette, il honorera Dieu.

Les grands centres, qui sont des instruments entre les mains du Seigneur, doivent être libres de toute dette. Chaque année, bien des livres sont dépensées en intérêts sur des dettes.*Il s'agit de livres sterling; ce passage a été rédigé en Australie. Si cet argent était entièrement employé à rembourser la dette, celle-ci ne continuerait pas indéfiniment à dévorer des sommes considérables. C'est une misérable et malheureuse habitude que celle de contracter des dettes. Combien il serait préférable, par des efforts persévérants, de rassembler d'abord l'argent nécessaire à la construction pour que le lieu de culte puisse être inauguré libre de toute dette. Lorsque nous édifions une maison pour le Seigneur, ne voulons-nous pas nous efforcer avec persévérance d'offrir à Dieu, le jour de la dédicace, un lieu de culte libre de toute dette? ...

Le Seigneur m'a montré que nos lieux de culte en Australie ou en Nouvelle-Zélande ne doivent pas être obérés de

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»