Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Conseils á L'Econome, Page 359

Chapitre — 67 Benedictions temporelles accordées à ceux qui pratiquent la bienfaisance

Lorsque la sympathie se pénètre d'amour et de générosité, et qu'elle est sanctifiée par l'esprit de Jésus, elle constitue un élément capable de produire beaucoup de bien. Ceux qui pratiquent la bienfaisance non seulement font beaucoup de bien aux autres, qui en reçoivent de réelles bénédictions, mais ils en retirent eux-mêmes des avantages, car leurs cœurs s'ouvrent ainsi à l'heureuse influence de la vraie bienfaisance.

Chaque rayon de lumière projeté sur autrui se réfléchit sur nos propres cœurs. Chaque parole aimable et de sympathie adressée à ceux qui sont tristes, chaque acte accompli en faveur de ceux qui sont opprimés, et chaque don destiné à répondre aux besoins de nos semblables, avec le dessein de glorifier Dieu, procure des bénédictions au donateur. Ceux qui agissent de la sorte obéissent à une loi céleste, et reçoivent l'approbation de Dieu. Le plaisir de faire du bien à autrui apporte aux sentiments une chaleur qui tonifie les nerfs, ranime la circulation sanguine et favorise la santé mentale et physique. — Testimonies for the Church 4:56.

Une action curative

L'esprit et le corps sont unis par des rapports très étroits. Ce qui affecte l'un se répercute aussitôt sur l'autre. La condition de l'esprit est largement influencée par l'état de santé du corps. Lorsque l'esprit est libre et heureux, conscient de

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»