Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 2, Page 516

Chapitre 4

Quand une grave maladie frappe une famille, il importe grandement que chacun de ses membres veille attentivement à sa propreté personnelle, à son régime, afin de conserver sa santé, et à s'immuniser contre la maladie. Il importe aussi beaucoup que la chambre du malade soit bien aérée dès le commencement. Ceci sera salutaire pour le malade et très nécessaire pour maintenir en santé ceux qui doivent passer une partie de leur temps dans la chambre du malade.

Il est très utile au malade d'avoir une température égale dans sa chambre. On ne peut pas compter pour cela sur le jugement des personnes qui s'occupent du malade, car il en est qui exigent plus de chaleur que d'autres et qui ne se trouveraient à l'aise que dans une chambre surchauffée dont d'autres ne pourraient supporter la chaleur. Si on permettait à chacun de régler la température à son gré, l'atmosphère de la chambre du malade serait tout sauf régulière. Parfois elle serait péniblement chaude pour le patient, et parfois trop froide, ce qui aurait un effet nuisible sur le malade. Les amis du malade, ou ceux qui le soignent, que l'anxiété, les veilles ont privés de sommeil et qui peuvent être brusquement réveillés dans la nuit pour s'occuper du malade, sentent le froid et sont de mauvais juges quand il s'agit d'assurer une température saine à la chambre du malade. Ces choses qui peuvent paraître insignifiantes ont beaucoup à dire pour le rétablissement du malade. Dans bien des cas une vie a été mise en danger par d'extrêmes changements dans la température de la chambre du malade.

Par beau temps le malade ne devrait jamais être privé d'une provision abondante d'air frais. La disposition des pièces ne permet pas toujours d'ouvrir portes ou fenêtres sans qu'un courant d'air vienne frapper le malade et l'exposer à un refroidissement. Dans de tels cas il conviendrait d'ouvrir portes et fenêtres dans une pièce voisine; de cette manière l'air frais entrerait dans la chambre du malade. L'air frais sera plus utile au malade que

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»