Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Ministère Évangélique, Page 150

Chapitre 3 — Prêcher le Christ

On a souvent fait la remarque que, dans leurs discours, nos prédicateurs insistaient beaucoup sur la loi et non sur la grâce. Ce jugement n'est pas absolument exact, mais n'a-t-on pas eu quelque raison de le formuler? N'y a-t-il pas eu dans la chaire des hommes qui n'avaient pas une expérience authentique des choses de Dieu, qui n'avaient pas reçu la justice du Christ? Beaucoup de nos prédicateurs ont simplement discouru et argumenté, mais ils ont rarement fait allusion à la puissance salvatrice du Rédempteur. Leur témoignage, auquel manquait le sang rédempteur, ressemblait à l'offrande de Caïn. Celui-ci apporta au Seigneur les fruits de la terre, ce qui en soi était acceptable aux yeux de Dieu. Les fruits étaient très bons, mais la vertu de l'offrande, — le sang de l'agneau immolé, représentant celui du Christ, — faisait défaut. Ainsi en est-il des sermons où l'on ne prêche pas le Christ. Le cœur des hommes n'en est pas saisi; on n'est pas amené à se demander: que dois-je faire pour être sauvé?

De tous les chrétiens, les Adventistes du Septième Jour devraient être les premiers à prêcher le Christ au monde. La proclamation du message du troisième ange exige que l'on parle du sabbat. Il faut proclamer cette

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»