Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

TÉMOIGNAGES sur l’Ecole du Sabbat, Page 12

enfants devraient étroitement coopérer avec directeurs et moniteurs, de telle sorte que ces derniers sachent à quel point on apprécie leurs efforts. On doit pouvoir s’attendre que les parents s’intéressent tout particulièrement à l’instruction religieuse de leurs enfants, veillant à ce qu’ils parviennent à une connaissance approfondie des Ecritures.

Il y a bien des enfants qui, pour s’excuser de ne pas apprendre les leçons de l’Ecole du Sabbat, prétendent manquer de temps. En réalité, peu nombreux sont ceux pour qui c’est vraiment le cas. D’une manière générale, là où l’intérêt est réel, la question de temps ne se pose pas. Les heures gaspillées à s’amuser, à flâner, à faire de la toilette pour des satisfactions de vanité et d’orgueil appartiennent à Dieu qui en demandera compte, de même que du temps passé en conversations frivoles. — Test., vol. III, p. 188, 189.

Chapitre 2—Emploi d’accessoires (images, etc.) à l’usage des classes enfantines

On a fait quelques efforts pour instruire les enfants, mais c’est encore insuffisant. Nos écoles du Sabbat devraient être plus intéressantes. Les écoles publiques ont beaucoup amélioré leurs méthodes d’enseignement durant ces dernières années. Des leçons de choses, des images, des tableaux noirs sont utilisés pour rendre l’enseignement plus clair aux jeunes. Ainsi, les vérités bibliques doivent être rendues simples et attrayantes pour l’esprit actif des enfants.

Les parents que l’on ne pourrait atteindre d’aucune autre façon le sont fréquemment grâce aux enfants. Ce que ceux-ci auront appris à l’Ecole du Sabbat, ils l’introduiront dans le cercle de la famille.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»