Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

TÉMOIGNAGES sur l’Ecole du Sabbat, Page 48

que nos enfants doivent contempler pour être attirés au Christ. Ceux qui la posséderont seront renouvelés mentalement et physiquement par la grâce vivifiante de Dieu.

Educateurs et moniteurs qui exercez dans nos écoles du Sabbat et dans des établissements scolaires, faites vôtres ces principes pendant une année, et voyez si vous ne pourrez pas dire ensuite : « Le Seigneur a fait des merveilles en ma faveur, beaucoup d’âmes ont été amenées au Maître comme de précieuses gerbes pour les greniers célestes. » — Sabbath School Worker, décembre 1891.

Chapitre 10—Collaboration avec le Christ

Le moniteur doit être ouvrier avec Dieu, collaborateur du Christ, et ne pas se contenter d’une religion formaliste. Le but de l’Ecole du Sabbat, c’est de gagner des âmes L’organisation de celle-ci peut être irréprochable et les facilités qui en découlent donner toute satisfaction, si la jeunesse n’est pas gagnée au Christ ce but est manqué. Aussi le moniteur devrait-il faire activement sa part en frappant à la porte des cœurs lorsqu’il se trouve devant des situations spirituelles difficiles. Si les élèves y pressentent l’appel de l’Esprit, leur réponse permettra à Jésus d’entrer chez eux et d’ouvrir leur entendement. Le travail du moniteur est simple, et, s’il est accompli dans l’esprit du Christ, l’action de la grâce lui ajoutera profondeur et efficacité

Il devrait se faire beaucoup de travail personnel au sein de l’Ecole du Sabbat. Cette nécessité n’est pas reconnue ni appréciée comme elle devrait l’être. Si son cœur est rempli de reconnaissance pour l’amour que Dieu lui a manifesté, le moniteur travaillera avec tendresse et ferveur à la conversion de ses élèves.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»