Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

L'histoire de la Rédemption, Page 224

Chapitre 29 — La crucifixion du Christ

Jésus-Christ, le Fils bien-aimé de Dieu, fut livré au peuple pour être crucifié. Disciples et croyants de la contrée avoisinante se joignirent à la foule qui suivait le Sauveur jusqu'au calvaire. Soutenue par Jean, le disciple bien-aimé, la mère de Jésus était présente elle aussi, le cœur en proie à une douleur indicible. Pourtant, elle espérait, comme les disciples, que cette scène pénible changerait: que Jésus manifesterait sa puissance et qu'il apparaîtrait aux yeux de ses ennemis comme le Fils de Dieu. Puis son cœur défaillait à nouveau lorsqu'elle se rappelait les paroles qu'il lui avait dites à mots couverts concernant les événements qui se déroulaient ce jour-là.

A peine le Christ avait-il franchi la porte de la maison de Pilate qu'on apporta la croix qui avait été préparée pour Barrabas; on la chargea sur les épaules sanglantes et meurtries du Sauveur. Les compagnons de Barrabas, qui étaient condamnés à mourir en même temps que Jésus, furent, eux aussi, chargés d'une croix. Le Seigneur fit quelques pas en portant sa croix; puis, à cause de la perte de sang, de la souffrance et de la fatigue excessive, il s'écroula sans connaissance sur le sol.

Quand il eut reprit ses sens, la croix fut de nouveau chargée sur ses épaules, et on l'obligea à avancer. Après avoir fait quelques pas en titubant, ployant sous le lourd fardeau, il s'affaissa une fois de plus inanimé sur le sol. On crut d'abord qu'il était mort, mais finalement, il reprit connaissance. Les prêtres et les chefs du peuple n'éprouvaient pas la moindre pitié pour leur victime, mais ils comprirent que Jésus était incapable de faire un pas de

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»