Larger font
Smaller font
Copy
Print
Contents

L'histoire de la Rédemption

 - Contents
  • Results
  • Related
  • Featured
No results found for: "".
    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents

    Le coffre sacré renvoyé en Israël

    Certains n'approuvaient pas cette solution: à leurs yeux, il était par trop humiliant de restituer l'arche, et ils estimaient que nul d'entre eux ne devait risquer sa vie en ramenant aux Israélites une chose qui avait causé tant de malheurs parmi les Philistins. Quoi qu'il en soit, leurs conseillers exhortèrent le peuple à ne pas endurcir son cœur, comme l'avaient fait les Egyptiens et le Pharaon, ce qui aurait attiré sur eux de plus grands fléaux. Tandis que les Philistins redoutaient encore de devoir ramener le coffre sacré, les prêtres et les devins leur dirent: “Maintenant construisez un char neuf et prenez deux vaches qui allaitent leurs veaux à l'étable et n'ont jamais porté le joug. Vous les attellerez au char, mais vous ramènerez leurs veaux à l'étable. Vous prendrez le coffre du Seigneur et le déposerez sur le char; vous placerez dans une caissette, à côté du coffre, les objets d'or que vous offrez à Dieu, à titre de compensation. Ensuite vous laisserez partir le char. Et vous verrez: si les vaches prennent le chemin du pays d'Israël, en direction de Bet-Chémech, cela veut dire que c'est bien le Dieu d'Israël qui nous a fait tout ce mal; si elles ne prennent pas cette direction, nous saurons que ce n'est pas lui qui nous a infligé ces malheurs, mais qu'ils nous sont arrivés par hasard. Les Philistins firent ce qu'on leur avait conseillé. Ils prirent deux vaches qui allaitaient et les attelèrent au char, mais ils enfermèrent leurs veaux à l'étable. ... Les vaches prirent tout droit le chemin de Bet-Chémech. Elles le suivirent sans cesser de meugler; elles ne se détournèrent ni à droite ni à gauche”. 1 Samuel 6:7-10, 12.HR 191.1

    Les Philistins savaient bien que, d'instinct, les vaches n'auraient pas abandonné leurs jeunes veaux à l'étable si elles n'y avaient été poussées par une force invisible. Elles se dirigèrent aussitôt vers Bet-Chémech, en mugissant à cause de leurs veaux, mais tout en s'en éloignant. Les chefs des Philistins suivirent le char jusqu'à la limite de Bet-Chémech, car ils n'osaient pas confier ainsi le coffre sacré à de simples bovidés, et ils craignaient que si celui-ci était endommagé, leur peuple ne soit frappé de plus grandes calamités. Ils ne savaient pas que les anges du Seigneur veillaient sur l'arche et guidaient les vaches vers leur destination.HR 192.1

    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents