Larger font
Smaller font
Copy
Print
Contents

L'histoire de la Rédemption

 - Contents
  • Results
  • Related
  • Featured
No results found for: "".
    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents

    La lumière répandue en Angleterre et en Ecosse

    Tandis que Luther ouvrait au peuple allemand la Bible qui jusqu'alors lui était restée fermée, Tyndale, poussé par l'Esprit de Dieu, faisait de même en Angleterre. Il étudiait assidûment les Ecritures, proclamait avec courage ses convictions touchant la vérité, et affirmait que toutes les doctrines doivent être appréciées à la lumière de la Parole de Dieu. Son zèle ne pouvait que susciter l'opposition des papistes. Un savant théologien catholique qui avait engagé un débat avec lui s'était exclamé: “Mieux vaut pour nous être sans la loi de Dieu que sans celles du pape!” A quoi Tyndale avait répondu: “Je n'ai que faire du pape et de toutes ses lois! Et si Dieu épargne ma vie, je ferai en sorte qu'un valet de ferme qui conduit la charrue connaisse mieux que vous les Ecritures”.HR 360.2

    Déterminé plus que jamais à mettre à la disposition du peuple le Nouveau Testament dans la langue du pays, Tyndale se mit aussitôt à l'œuvre. Toute l'Angleterre lui paraissant hostile, il résolut de chercher refuge en Allemagne. Là, il commença à faire imprimer le Nouveau Testament en anglais. Trois mille exemplaires du Nouveau Testament furent bientôt disponibles, et une autre édition parut la même année.HR 360.3

    Finalement, Tyndale scella son témoignage de son sang; mais les armes qu'il avait forgées permirent à d'autres combattants de la foi de lutter avec succès jusqu'à nos jours.HR 361.1

    En Ecosse, l'Evangile trouva un porte-parole en la personne de John Knox. Ce courageux réformateur ne craignait pas d'affronter les hommes. Les feux du martyre qu'il voyait flamber autour de lui ne faisaient qu'aviver son zèle. Sans se préoccuper de la hache menaçante du tyran suspendue au-dessus de sa tête comme une épée de Damoclès, il frappait à sa droite et à sa gauche des coups redoublés contre l'idolâtrie. Ainsi, il resta fidèle à ses objectifs, priant et combattant pour le Seigneur, jusqu'à ce que l'Ecosse fût libre.HR 361.2

    En Angleterre, Latimer soutenait du haut de la chaire que la Bible doit être lue dans la langue du peuple. L'Auteur des saintes Ecritures, disait-il, “c'est Dieu luim-ême”, et l'Ecriture participe de son Auteur. “Il n'y a ni roi, ni empereur, ni magistrat, ni maître ... qui ne soit tenu de lui obéir. ... Ne prenons aucun chemin détourné, mais laissons-nous diriger par la Parole de Dieu. Ne suivons pas la voie de nos pères, et ne cherchons pas à savoir ce qu'ils ont fait, mais ce qu'ils auraient dû faire”.HR 361.3

    Deux amis fidèles de Tyndale, Barnes et Frith, entreprirent de défendre la vérité. Les deux Ridley et Cranmer leur emboîtèrent le pas. Ces porte-parole de la Réforme en Grande-Bretagne étaient des hommes de grand savoir, et la plupart d'entre eux avaient été hautement estimés dans l'Eglise romaine à cause de leur zèle et de leur piété. Leur opposition à la papauté venait de ce qu'ils avaient découvert les erreurs du Saint-Siège. Leur connaissance des mystères de Babylone ajoutait à la puissance de leur témoignage contre elle.HR 361.4

    Le grand principe défendu par Tyndale, Frith, Latimer et les deux Ridley était l'autorité divine des Ecrits sacrés et le fait que la Bible se suffisait à elle-même. Ils déniaient aux papes, aux conciles, aux pères (de l'Eglise) et aux rois le droit de dominer les consciences en matière religieuse. Pour eux, la Bible était la norme à laquelle ils soumettaient toute doctrine et toute déclaration. C'est la foi en Dieu qui soutint ces hommes lorsqu'ils acceptèrent d'offrir leur vie sur le bûcher.HR 362.1

    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents