Larger font
Smaller font
Copy
Print
Contents

L'histoire de la Rédemption

 - Contents
  • Results
  • Related
  • Featured
No results found for: "".
    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents

    Une confession tardive

    Judas était bourrelé de remords et de honte à la pensée d'avoir trahi Jésus. Et quand il fut témoin des mauvais traitements qui furent imposés au Sauveur, il fut littéralement accablé. Il avait aimé Jésus, mais davantage encore l'argent. Il n'avait pas cru que le Seigneur se laisserait emmener par la troupe d'hommes qu'il avait conduite au jardin. Judas s'était attendu à voir le Christ faire un miracle pour s'échapper de leurs mains. Mais quand le traître vit la foule en délire et assoiffée de sang massée dans la salle d'audience du tribunal, il se sentit profondément coupable; et tandis que de nombreuses personnes accusaient Jésus avec véhémence, Judas se fraya un chemin parmi l'assistance et vint confesser qu'il avait péché en livrant le sang d'un innocent. Il proposa même aux prêtres de restituer l'argent qu'ils lui avaient versé en échange, les supplia de relâcher le Seigneur, en affirmant qu'il était totalement innocent.HR 219.1

    Pendant quelques instants, le mécontentement et la confusion imposèrent le silence aux prêtres. Ces derniers ne voulaient pas que le peuple apprenne qu'ils avaient soudoyé un des disciples de Jésus pour le leur livrer. Ils ne voulaient pas que l'on sache qu'ils l'avaient pourchassé comme un voleur et avaient mis secrètement la main sur lui. Mais la confession que Judas venait de faire, son air désemparé, coupable, montraient suffisamment à l'assistance que c'était par méchanceté que les prêtres avaient fait arrêter Jésus. Tandis que Judas déclarait haut et fort que son Maître était innocent, les prêtres lui répliquèrent: “Que nous importe? C'est ton affaire!” Matthieu 27:4. Le Sauveur était entre leurs mains, et ils étaient bien décidés à ne pas le lâcher. Tourmenté au plus haut point, Judas jeta l'argent qu'il méprisait maintenant aux pieds de ceux qui l'avaient soudoyé et, saisi de frayeur et d'angoisse, il sortit et alla se pendre.HR 219.2

    Jésus comptait de nombreux sympathisants parmi les gens qui l'entouraient, et en ne répondant pas aux multiples questions qui lui étaient posées, il avait beaucoup impressionné la foule. Malgré les quolibets et les attaques dont il était l'objet, pas un signe de mécontentement, pas le moindre trouble n'étaient apparus sur son visage. Le Sauveur restait digne et calme. Les spectateurs le considéraient avec étonnement. Ils comparaient son attitude empreinte de dignité avec le comportement des hommes qui étaient là pour le juger, et ils se disaient les uns aux autres que ce Jésus ressemblait davantage à un roi que n'importe lequel de leurs chefs. Il n'avait rien d'un criminel. Son regard était à la fois doux, limpide et résolu. Son front était haut et large; chacun de ses traits reflétait la bonté et la grandeur d'âme. Beaucoup tremblaient devant sa patience et sa magnanimité sans pareilles. Hérode et Pilate eux-mêmes furent profondément impressionnés par son attitude noble, proprement divine.HR 220.1

    Larger font
    Smaller font
    Copy
    Print
    Contents