Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

L'histoire de la Rédemption, Page 434

Chapitre 65 — Le couronnement du Christ

Alors le Christ reparaît à la vue de ses ennemis. Bien au-dessus de la ville, sur un fondement d'or étincelant, est dressé un trône très élevé. Le Fils de Dieu y est assis, entouré des sujets de son royaume. Aucune langue ne peut exprimer, aucune plume ne peut décrire la puissance et la majesté du Christ qui est enveloppé de la gloire du Père éternel. Sa présence resplendissante remplit la cité de Dieu, rayonne au-delà de ses portes et inonde la terre entière.

Tout près du trône se trouvent placés ceux qui avaient d'abord pris fait et cause pour Satan, mais qui, tels des brandons arrachés du feu, ont suivi leur Sauveur avec zèle et ferveur. Derrière eux se tiennent ceux qui se comportèrent en chrétiens au milieu de l'imposture et de l'infidélité, ceux qui honorèrent la loi de Dieu alors que le monde chrétien la déclarait sans valeur, et les millions de croyants de tous les temps qui furent martyrisés pour leur foi. Puis figure “une foule immense: personne ne pouvait compter tous ceux qui en faisaient partie. C'étaient des gens de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. ... Ils se tenaient devant le trône et devant l'Agneau, habillés de robes blanches et avec des branches de palmier à la main”. Apocalypse 7:9. Pour eux, le combat est terminé: ils ont remporté la victoire, ils ont achevé la course et en ont obtenu le prix. Les branches de palmier qu'ils tiennent dans leur main sont l'emblème de leur victoire et leurs robes blanches représentent la justice immaculée du Christ qui leur appartient désormais.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»